nouvelle
aquitaine
Choisir une région

Cette date restera à jamais gravée dans la mémoire des habitants de Rochefort. Ce matin du jeudi 11 février 2016, six adolescents perdent la vie dans un effroyable accident de car.

Les circonstances de l'accident

L'horloge indique 7h15 à Rochefort, il fait encore nuit. Le bus 6S de la compagnie "Les Mouettes" qui relie Saint-Pierre d'Oléron à Surgères quitte la gare SNCF dans la brume matinale. A son bord, dix-huit adolescents scolarisés dans divers établissements de Surgères.

Ce matin-là, le car doit contourner le port de commerce. Le pont qu'il franchit d'ordinaire est fermé à la circulation pour laisser entrer un bateau dans le bassin n°3.

Il emprunte alors l'avenue Victor-Louis Bachelar sous un petit crachin et croise quelques dizaines de mètres plus loin le camion de la société Eiffage Travaux Publics.


Une pièce métallique dépassant horizontalement du camion vient faucher le bus en pleine lancée. Elle fracasse son pare-brise et éventre sa carrosserie sur quasiment toute sa longueur à la base des vitres. Le choc est si violent que le car est stoppé net puis continue quelques mètres sur sa force d'inertie.
 

Accident de mini-bus scolaire à Rochefort
Images de Pierre Lahaye


Voyant qu'une fumée s'échappe de son compartiment moteur, le conducteur de bus se saisit d'un extincteur pour venir à bout de ce qui lui semble être un début d'incendie. Puis, il ouvre la porte pour permettre aux survivants de s'enfuir et organise les premiers secours, rejoint par un pompier volontaire qui suivait le car en voiture.

Trop tard. Trois adolescents sont morts sur le coup. Trois autres décèdent avant l'arrivée des secours qui se rendent rapidement sur les lieux. Deux élèves légèrement blessés sont pris en charge par les pompiers de Rochefort, dont la caserne se situe à quelques centaines de mètres.

Accident à Rochefort

 

L'enquête

Dès l'annonce de l'accident, les enquêteurs, les journalistes, le public, tout le monde n'a qu'un mot à la bouche : ridelle, cette paroi métallique qui retient le chargement du camion. Pourquoi était-elle ouverte à 90° ? Et comment se fait-il que le chauffeur ne s'en soit pas rendu compte ?

Normalement, la ridelle s'ouvre totalement », indique Isabelle Pagenelle, procureure de La Rochelle. Or « elle est restée dans une position qui est une position inhabituelle et dangereuse




Pendant sa garde à vue, le chauffeur du camion affirme avoir signalé à son employeur mi-janvier qu'une fuite affectait le système hydraulique du vérin arrière de la ridelle.

Cet avertissement n'aurait donné lieu, selon lui, à aucune réparation. Mais rien n’atteste pour l'heure ses allégations.

Les experts que nous avons rencontrés réfutent quant à eux cette hypothèse. Selon eux, il paraît improbable que la paroi latérale du véhicule se soit détachée subitement.

Une ridelle, qu'est-ce-que c'est ?
Un reportage de Isabel Hirsch, Marine Nadal et Martine Sitaud - Isabel Hirsch, Marine Nadal et Martine Sitaud

Aucun défaut n'est constaté sur la ridelle par les experts de la police judiciaire. Elle demeure en bon état de fonctionner même après ce territble accident.

Quelques minutes avant l’accident, dans l'entrepôt d'Eiffage situé à 800 mètres de là, le chauffeur fait le plein. Il remonte l’avenue Victor-Louis Bachelar et entame sa journée de travail.


Sur le chemin, il manque d'heurter le véhicule d’un automobiliste. Cette personne, témoin clé du dossier, a été obligée de faire une embardée vers la droite pour l’éviter. 

Le chauffeur âgé de 23 ans, qui conduit ce camion depuis trois ans, n'a rien d'un débutant. Il se retrouve au coeur de l'enquête menée par la police judiciaire de La Rochelle qui tente d'établir les responsabilités dans le drame.

Mise en examen du chauffeur
Un reportage de Eric Vallet, Marc Millet et Carine Grivet - Eric Vallet, Marc Millet et Carine Grivet

Aucune charge n’a été retenue contre le conducteur de bus au terme de sa garde-à-vue. Il est relâché dès jeudi soir. Le chauffeur du camion, lui, a été mis en examen pour "homicides et blessures involontaires".

Le parquet avait même requis à son encontre un placement sous mandat de dépôt, c’est-à-dire une mise en détention, sur la foi des expertises.

Mais les deux juges d’instruction chargés de l’affaire ont opté pour une liberté conditionnelle sous contrôle judiciaire. Le chauffeur est également sous le coup d’une procédure d'éloignement en région parisienne : il ne peut ni se rendre en Charente-Maritime, ni exercer sa profession.

Diapo

 

Rochefort, ville traumatisée

"Un coup du sort", un drame "invraisemblable", "épouvantable". Les réactions politiques ne se font pas à attendre à Rochefort et traduisent l'état de consternation des habitants de cette ville traumatisée après l'effroyable accident.

Réactions politiques accident Rochefort
Un reportage de Christina Chiron, Stéphane Hamon et Julien Deba - Christina CHIRON, Stéphane HAMON et Julien DEBA


Six morts, six adolescents âgés de 15 à 18 ans. Tanguy,Yoni, Florian, Bastien et Axel ne se rendront plus jamais en classe. Kevin, lui, ne se présentera plus à son poste d'apprenti. 

Jeudi matin, une cellule de psychologique est vite mise en place à la caserne des pompiers située à quelques centaines de mètres des lieux du drame. Des familles accablées par le malheur qui les frappe y affluent, hagardes, dans l'espoir d'une bonne nouvelle.

En vain. Leur attente insoutenable ne s'achèvera que le lendemain, quand l'identité des victimes sera confirmée après un test ADN. Transférés au CHU de Poitiers, les corps ont été si détériorés dans l'accident que nul n'est autorisé à les voir.

Une chapelle ardente est installée au gymnase de la Vieille Forme près du port de plaisance de Rochefort. Au centre de la pièce six draps sont symboliquement dressés pour permettre à chacun de se reccueillir.

 / © Xavier Leoty / AFP
/ © Xavier Leoty / AFP

 

A partir de 18 heures, quelque 200 personnes viennent participer au rassemblement organisé en la mémoire des victimes. Proches ou simples anonymes, tous ont voulu leur rendre un dernier hommage à l'abri des caméras qui font le pied de grue autour de ce sanctuaire éphémère.

Accident à Rochefort : le reccueillement à la chapelle ardente
Un reportage de Maylis Chauvin, Pascal Epée et Nadine Pagnoux-Tourret - Maylis Chauvin, Pascal Epée, Nadine Pagnoux-Tourret


Le lycée du Pays d'Aunis de Surgères pleure ses morts


Le lycée professionnel de Surgères a rapidement dû faire face à l'émotion suscitée par l'accident. Cinq de ses élèves ont trouvé la mort dans le drame.

Jean-Pierre Lefort, le proviseur, sollicite d'emblée le rectorat pour bénéficier d'une cellule d'urgence médico-psychologique. Médecins, psychologues, infirmiers, assistantes sociales de l'Éducation nationale ont ainsi accueilli une trentaine d'adultes et quelque 180 élèves traumatisés par les événements.

Accident de Rochefort : l'émotion au lycée de Surgères
Reportage de Luc Barré, Laurence Couvrand, Patrick Mauduit


Une messe en souvenir des six victimes de l'accident de car réunit 300 personnes à l'église de Saint-Louis de Rochefort dimanche matin.

 / © Xavier Leoty / AFP
/ © Xavier Leoty / AFP

 

Depuis le drame, les hommages aux victimes se sont multipliés. D'abord mise en ligne sur Facebook, la vidéo très émouvante d'Andy Billeau a été composée à partir de photos et des images d'un ballet de 6 danseurs vêtus de noir.

Andy Billeau connaissait personnellement Kevin et Axel, originaires comme lui de Marennes-Oléron. Sur sa page Facebook, il écrit :

Pour nous danseurs, il est plus facile de s'exprimer par la danse que par la parole. Et aujourd'hui nos pas rendent hommage à nos camarades du collège.


Hommage aux 6 adolescents