La justice ordonne la réintégration du fondateur des Vacances de Monsieur Haydn au Conservatoire de musique de Paris

Publié le Mis à jour le

Visé par une enquête pour "agression sexuelle", le musicien Jérôme Pernoo devrait retrouver son poste de professeur au Conservatoire national de musique et de danse de Paris. Le tribunal administratif de Paris a suspendu la décision de la direction de l'exclure pendant un an.

Une sanction "disproportionnée". Le tribunal administratif de Paris a suspendu, en ces termes, dans son ordonnance du mardi 7 décembre 2021, la décision de la direction du Conservatoire de musique et de danse de Paris d'exclure pendant un an Jérôme Pernoo, professeur de violoncelle, par ailleurs créateur du festival Les Vacances de Monsieur Haydn à Royan, en attendant que la justice se prononce sur le fond de l'affaire.

Dans un communiqué, les avocats du musicien, Patrice Spinosi et Chirine Heydari-Malayeri, relate "l'immense soulagement" de Jérôme Pernoo. 

 

Ils indiquent que la "décision du tribunal administratif n’est que la conséquence de l’absence de tout fondement des injustes poursuites dont il est la victime depuis de longs mois. Orientée par une enquête conduite uniquement à charge par la militante Caroline de Haas, laquelle n’a jamais respecté les règles les plus élémentaires du contradictoire et des droits de la défense, la décision de sanction du Conservatoire ne pouvait qu’être viciée. Jérôme Pernoo, qui a toujours été soutenu par ses étudiants, n’a eu de cesse de dénoncer l’infâme rumeur dont il a été l’objet. Le juge administratif a commencé à rétablir la vérité de ce dossier. Il convient maintenant de redonner sa juste valeur au droit à la présomption d’innocence de M. Pernoo qui attend que son honneur soit lavé d’une injuste accusation, largement relayée par les médias, lesquels ont écorné sa réputation jusque-là sans tâche."

 

Dans un mail, l'équipe du festival Les Vacances de Monsieur Haydn à Royan dit aussi son soulagement. "Toute l’équipe des Vacances de Monsieur Haydn est très heureuse qu’enfin justice soit faite et que les élèves de Jérôme Pernoo retrouvent leur professeur exceptionnel, qu’ils ont d’ailleurs toujours soutenu fermement", écrivent-ils.

À la suite de cette décision de justice de mardi, le conservatoire doit réintégrer Jérôme Pernoo dans ses fonctions de professeur.

Dans son ordonnance, le tribunal administratif de Paris relève néanmoins que des "propos inadaptés" et "une attitude inappropriée dans le cadre de l'enseignement (...) peuvent être regardés comme établis".

Le tribunal retient en effet dans son ordonnance que « de nombreux témoignages précis et concordants versés dans le rapport d’enquête, y compris ceux favorables à l’intéressé, que celui-ci donne des surnoms à ses élèves, qu’il tient de nombreux propos à connotation sexuelle, notamment sous forme de contrepèteries, qu’il fait preuve de contacts physiques réguliers avec ses élèves qui outrepassent les gestes nécessaires à l’apprentissage du violoncelle, tels que notamment des bises et des accolades fréquentes et qu’il entretient une proximité particulière avec ses élèves allant au-delà du devoir d’exemplarité qui incombe à tout enseignant. »

Pour rappel, la direction du Conservatoire national de musique et de danse de Paris avait d'abord suspendu le professeur en mars dernier à la suite de témoignages pour agressions sexuelles et avait pris, en septembre, la décision de l'exclure pendant un an.