• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Zoo de La Palmyre : mais qui a bien pu graver son prénom sur un rhinocéros ?

© Capture d'écran du compte Facebook @MJ
© Capture d'écran du compte Facebook @MJ

Une internaute a posté sur les réseaux sociaux des photos qu’elle a prise au zoo de La Palmyre. Cette publication a beaucoup fait réagir les internautes. Le directeur du zoo est scandalisé.

Par LG avec Viviane Dauphoud-Eddos

Dimanche dernier, au cours d'une visite au zoo de La Palmyre (Royan), une personne grave deux prénoms sur l'animal. Une internaute scandalisée poste la photo sur les réseaux sociaux. Un compte d’information locale reprend cette publication. Depuis, sur la toile, le public s'indigne.

Les gens ne respectent plus rien !
- Un visiteur du zoo

Je ne vois pas trop l'intérêt de faire ça. Les animaux ont leur vie, je pense qu'il faut les respecter aussi.
- Un visiteur du zoo

Déjà, les caresser de temps en temps, c'est déjà limite. Écrire dessus, c'est plus que moyen.
- Un visiteur du zoo

Heureusement, plusieurs heures et plusieurs coups de brosse après, il ne reste plus rien de ces inscriptions sur la peau morte et très épaisse de Noëlle, un rhinocéros de près de deux tonnes. A priori, elle n'a d'ailleurs rien senti, sur cette partie très peu sensible de sa peau. Pensionnaire depuis 35 ans, elle en a vu des incivilités, mais celle-là est quand même très rare. Et heureusement !

Quand j'ai constaté cette marque sur le rhinocéros, ma première réaction a été la surprise et le dégoût, vis-à-vis de la personne qui a agi de manière tout à fait irrespectueuse vis-à-vis de l'animal
- Pierre Caillé, directeur du zoo de La Palmyre

Il ajoute qu’il y a des choses qui semblent tellement évidentes, comme ne pas lancer de projectiles sur les animaux, contendants ou pas. Ne pas aller graver son nom sur un animal, comme si c'était la branche d'un arbre. "C'est vrai qu'il y a des choses qui nous semblent tellement évidentes qu'on oublie peut-être de les marquer dans le règlement intérieur. Il faudra y réfléchir."

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les réalisateurs brésiliens accueillis à Biarritz malgré l'annulation de subventions par Bolsonaro

Les + Lus