Mort de la journaliste et romancière Madeleine Chapsal à l’âge de 98 ans : une complicité avec la Charente-Maritime

Madeleine Chapsal était chez elle en Charente-Maritime, de Saintes à l'Ile de Ré. Elle est décédée dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 98 ans. Elle était devenue une écrivaine parmi les plus populaires, après avoir vécu de près, au côté de son ex-mari Jean-Jacques Servan-Schreiber, le lancement de L'Express en 1953.

Madeleine Chapsal, écrivaine de renom, est née à Paris en 1925, mais elle entretenait une relation intime avec la Charente-Maritime. Elle a notamment habité à Saintes, dans l'immeuble familial, au 6 rue de la Saint-Maur, du début des années 1980 jusqu'en 2019. Dans la ville, ses voisins gardent un doux souvenir de sa présence. "Pour nous, c'était la reine qui arrivait, même sans qu'elle le sache. C'était tellement simple de parler avec elle, il fallait juste la croiser", raconte Ludovic Beau.

La Charente-Maritime, comme une madeleine de Proust

Rue Saint-Maur, elle aura écrit La maison de Jade, l'un de ses best-sellers avec 700.000 exemplaires vendus, et L'inondation, en 1994, qui raconte la montée des eaux à Saintes en janvier 1992. Un évènement dont elle s'est inspirée pour raconter la réalité, comme elle le faisait pour chacune de ses publications.

Ce livre a marqué les habitants de Saintes. Alain Roger, un voisin de Madeleine Chapsal se souvient.
"La perception des gens, la curiosité malsaine de ceux qui viennent voir le malheur des autres. Et ça, ça m’a beaucoup choqué parce qu’actuellement encore, j’en ai vu ce week-end faire la même chose ".

⇒ Reportage à Saintes après le décès de Madeleine Chapsal

durée de la vidéo : 00h02mn09s
{} ©France télévisions

En 2014, elle s'investit dans la ville et organise les dix ans du marché romanesque."C'est une autrice qui a contribué véritablement au renom de la ville de Saintes, elle faisait venir des romanciers mais aussi des journalistes", explique Véronique Cambon, adjointe au maire de Saintes.
Enfin, c'est une certitude pour tous, Madeleine Chapsal "aimait cette ville et les gens la respectaient à Saintes", commente le maire de la ville, Bruno Drapeau.

Un écrivain, c'est un grand témoin. On écrit pour soi et pour les autres et je l'avais vu venir cette eau, et comme tout le monde, je n'y croyais pas. Elle allait s'arrêter et puis elle monte inexorablement centimètre par centimètre.

Madeleine Chapsal

écrivaine

Et ce, à l'image de son grand-père, Fernand Chapsal, qui aura été durant 20 ans, le maire de Saintes, mais aussi ministre de l'Agriculture, ministre du Commerce et sénateur de la Charente-Maritime. Cet ancrage lui a laissé de nombreux souvenirs d'enfance dans le département où elle passait des vacances en famille à Pontaillac, à l'ouest de Royan. Sûrement l'une des raisons pour lesquelles, elle avait fait construire une maison sur l'Ile de Ré. Un havre de paix où elle aimait aller pour pouvoir se baigner, quelque soit la saison. 

⇒ VIDEO ARCHIVES : reportage avec Madelein Chapsal sur ses terres

durée de la vidéo : 00h01mn48s
{} ©France télévisions


Cette romancière de l'amour et de ses tourments a surtout écrit des romans mais aussi des récits, des essais, des livres pour la jeunesse, du théâtre, de la poésie. Elle a publié une centaine de livres, parmi lesquels "L’Homme de ma vie", récit de son histoire avec Jean-Jacques Servan-Schreiber, aux côtés duquel elle a vécu le lancement de "L’Express". 
Après son divorce en 1960, elle est restée à L'Express jusqu'au début des années 70. Elle y devient une critique littéraire réputée, connue entre autres pour de mémorables entretiens avec des figures comme Jorge Luis Borges, Jean Giono, Henry Miller ou Claude Lévi-Strauss.

Après son éviction du magazine, elle se lance à corps perdu dans l'écriture, surtout de fictions. Romantique, impudique, mélancolique, elle s'impose vite comme une efficace analyste des passions, davantage militante de la féminité que du féminisme.

"J'aime briser des tabous mais je le fais avec une forme de féminité et de douceur".

"J'écris tous les matins, je ne construis rien, cela me vient la nuit : je suis écrite", disait-elle, admettant avec humour écrire un roman chaque fois que "quelque chose (lui) arrivait". Elle est souvent là où on ne l'attend pas, écrivant, parfois avant tout le monde, sur le sida, la maladie d'Alzheimer ou la chirurgie esthétique.

(2004) ©France 3 Poitiers
 


"J'aime briser des tabous mais je le fais avec une forme de féminité et de douceur", soulignait cette femme à la silhouette mince et à la chevelure longtemps flamboyante. Madeleine Chapsal se qualifiait d'"indéfectible amoureuse".
Elle écrit aussi les sentiments ressentis par son public."Les gens qui me lisent disent que j'écris ce qu'ils ressentent, que je leur donne les mots qu'ils n'ont pas trouvés."

J'ai le sentiment d'être un écrivain public. Ils me disent aussi que mon style est clair et facile.

Madeleine Chapsal

Jurée du prix Femina à partir de 1981, elle en est brutalement exclue en 2006 pour avoir dénoncé les conditions d'attribution du prix 2005, trop favorables, selon elle, aux éditions Gallimard. Bien sûr, l'autrice en avait tiré un livre, "L'Exclusion".

Écritavec l'AFP (Agence France Presse)

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité