Football. Les championnats amateurs définitivement arrêtés, pas la D1 féminine

La Fédération Française de football a annoncé, ce jeudi 16 avril, dans un communiqué, l’arrêt des compétitions amateurs à partir de la Nationale 2. En revanche, la saison n’est pas terminée pour l’ASJ Soyaux. La FFF se laisse encore du temps pour prendre une décision.
 
© Nicolas Barreau - MaxPPP
La décision était attendue depuis quelques jours, elle est devenue officielle ce 16 avril. Tous les championnats amateurs de la Nationale 2 (quatrième échelon national) aux divisions départementales sont arrêtés. Le classement pris en compte s’arrête au 13 mars. La décision entérine ainsi les montées et les descentes entre les différents échelons du football amateur. Pour départager les clubs, la FFF utilise un classement au quotient (division du nombre de match joué par le nombre de point). Ainsi, les clubs sont jugés sur la même échelle malgré l’écart entre les matchs joués.

Certains clubs pouvaient encore jouer la montée comme le FC Bressuire, 3e de National 3 (cinquième division) à quatre points du leader avec un match de retard.  

Cette décision est logique. Nous l’acceptons totalement même si nous aurions bien aimé aller au bout du championnat. Cela nous permet de déjà préparer la saison prochaine. Il y a des choses plus graves que de savoir si nous montons ou si nous descendons.
Xavier Benaud, entraîneur du FC Bressuire

De son côté, Angoulême termine la saison à la huitième place de son groupe de National 2. Le club promu est satisfait de voir se clore le chapitre sportif dans ce climat incertain.

"C'est très bien que cela s'arrête. Mais économiquement, la saison est loin d'être terminée. Nous sommes une entreprise de 29 salariés à qui il manque quatre mois de chiffre d'affaires sur un budget de plus d'un million d'euros. En National 2, nous avons les mêmes charges qu'un club semi-professionnel. Je suis donc forcément inquiet mais je reste motivé." - Patrick Triaud, président de l'Angoulême Charente FC.

 


La D1 féminine et Soyaux dans l’expectative


En revanche, la FFF n’a pas tranché pour la poursuite de la D1 féminine. Les instances souhaitent poursuivre le championnat jusqu’à son terme. Une décision qui laisse planer le doute.

Nous sommes frustrés, nous nous attendions à une décision claire. Nous ne savons pas quand est-ce que nous allons reprendre l’entraînement et comment. Les modalités de déconfinement sont encore à définir donc cela créé beaucoup de problématiques. Un arrêt semblait plus simple au niveau organisationnel.
- Sébastien Joseph, entraîneur de l'ASJ Soyaux

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport covid-19 santé société