Inauguration de la LGV par F. Hollande : un tir accidentel fait deux blessés

Les enquêteurs sur le toit cherchent à comprendre les circonstances du tir accidentel qui a fait deux blessés à Villognon (16), en marge de l'inauguration de la LGV Tour-Bordeaux, le 28/02/2017. / © France 3 Aquitaine / JP Stahl
Les enquêteurs sur le toit cherchent à comprendre les circonstances du tir accidentel qui a fait deux blessés à Villognon (16), en marge de l'inauguration de la LGV Tour-Bordeaux, le 28/02/2017. / © France 3 Aquitaine / JP Stahl

Un gendarme a accidentellement tiré pendant l'allocution du président de la République, cet après-midi à Villognon. Deux personnes sont blessées : un serveur et un ouvrier de MESEA. Une enquête administrative est ouverte.

Par H. Lemonier / CR

Ceux qui suivaient le discours du président de la République ont entendu la scène, vers 16h40. Alors que François Hollande déroule son discours, un bruit sec retentit (à 8 secondes dans la vidéo ci-dessous) dans la salle. Le président tourne la tête vers l'origine de la détonation, demande "j'espère qu'il n'y a rien de grave". Il fait ensuite deux gestes d'apaisement de la main avant de reprendre son propos.

Une détonation interrompt le discours du président de la République
La scène se passe pendant l'inauguration de la LGV à Villognon (Charente).

En vérité, un coup de feu a été tiré "depuis un point haut" par un gendarme, comme l'a confirmé le préfet de la Charente, Pierre N'Gahane, lors d'un point presse un peu avant 18h30. Ce gendarme est un tireur d'élite, venu en renfort de la Vienne. Ce tir a blessé deux personnes : un servuer et un ouvrier de MESEA, entreprise qui assure la maintenance de la LGV.

Ecoutez le Préfet des Cahrentes : Pierre N'Gahane : il livre les premiers éléments à notre équipe sur place.
Le tir est accidentel. Les explications du préfet de la Charente


Une enquête a été ouverte. Avant de repartir vers Paris, le président de la République a pu échanger quelques minutes avec les deux blessés. Ils devraient par ailleurs rencontrer ce soir ou demain le médecin légiste afin de faire évaluer la nature précise et la gravité de leurs blessures.


Vous pouvez revoir l'intégralité des discours d'Alain Rousset et de François Hollande ci-dessous : 
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus