La police municipale d'Angoulême bientôt équipée d'armes létales

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bernard Dussol

La décision a été prise le 29 juin par Xavier Bonnefont qui en a fait l'annonce à la fin du conseil municipal : après une formation, les policiers municipaux d'Angoulême seront équipés de tasers puis de pistolets dans quelques mois. 

Le 12 janvier 2015, des policiers municipaux manifestaient devant l'hôtel de ville d'Angoulême en brandissant une affichette à la manière de "Je suis Charlie". Mais celle-ci indiquait : "Je suis une cible." Xavier Bonnefont les a entendus : ils seront bientôt équipés d'armes létales, décision prise après avoir consulté le préfet de Charente et le Procureur d'Angoulême.

Depuis les années 80, les effectifs des polices municipales ont quadruplé en France pour atteindre environ 20 000 hommes et femmes, dans 4 349 communes. Moins de la moitié -43 %- sont armés et Xavier Bonnefont fait donc entrer sa police municipale dans cette catégorie. C'est une décision qui ne crée pas franchement de polémique au sein même du conseil municipal puisqu'une partie de la gauche ne s'y oppose pas et que les Verts "regrettent", sans plus.

Angoulême va donc devenir la première grande ville de la région Poitou-Charentes à équiper sa police municipale d'armes létales. En effet, Poitiers, Châtellerault ou La Rochelle refusent cette mesure à ce jour. A Châteaubernard en Charente, un débat vient d'animer le conseil municipal sur l'opportunité d'armer sa police. Là aussi les édiles ont choisi de ne pas presser le pas, d'autant qu'ils y sont incités par une décision du ministre de l'Intérieur. Bernard Cazeneuve vient en effet de publier une circulaire proposant de doter les policiers municipaux de 4000 Manhurin.