Ventes aux enchères : 131.000 euros pour une bouteille rarissime de cognac de la Maison Gautier datant de 1762

Il s'agit d'une bouteille exceptionnelle, tout comme la vente qui s'est déroulée chez Sotheby's à Londres. Un flacon de la Maison Gautier, installée à Aigre, en Charente, a été achetée 131.000 euros par un collectionneur asiatique.

La vente aux enchères de Sotheby's le 28 mai 2020 montre une bouteille de Cognac Gautier 1762 qui s'est vendue à 118 580 livres (131.000 euros).
La vente aux enchères de Sotheby's le 28 mai 2020 montre une bouteille de Cognac Gautier 1762 qui s'est vendue à 118 580 livres (131.000 euros). © Sotheby's / AFP
C'est un record dans le domaine, a annoncé Sotheby's. Les estimations avaient placé la barre très haut, entre 90.000 et 180.000 euros. La bouteille, datant du 18ème siècle, a finalement trouvé preneur à 131.000 euros. Il s'agit d'un collectionneur privé asiatique qui a remporté la précieuse mise pour 118.580 livres (131.000 euros) exactement, a précisé la prestigieuse maison de ventes aux enchères londonienne dans un communiqué. 


Trois bouteilles d'exception : "Le Grand frère, "Le Petit Frère" et "La petite sœur"

Ce flacon est surnommé ‘"Le Grand Frère", il s'agit de l'une des trois dernières bouteilles de cognac Gautier de 1762 existant encore à ce jour, et la plus grande. Comme le "Grand frère", le "Petit frère" avait été vendu aux enchères, à New York en 2014, tandis que la "Petite soeur" est conservée au Musée Gautier. 
La bouteille de Cognac Gautier, "Le Grand Frère" vendue chez Sotheby's témoigne d'un très bon état de conservation.
La bouteille de Cognac Gautier, "Le Grand Frère" vendue chez Sotheby's témoigne d'un très bon état de conservation. © Westimage Art / SOTHEBY'S / AFP


Des bouteilles données en guise de salaire

Ces trois flacons ont une histoire commune, assez extraordinaire. Elles étaient restées dans la même famille durant des générations depuis la fin du 19ème siècle. Les précieuses bouteilles avaient été laissées chez les arrières-grands-parents du vendeur par un orphelin, Alphonse, qu'ils avaient accueilli chez eux. 
Dans les années 1870, Alphonse avait quitté sa famille adoptive pour partir travailler dans la région de Cognac. Une décennie plus tard, il revient chez elle en apportant dans ses bagages un chargement de bouteilles de cette eau-de-vie, qui lui auraient été données en salaire après la destruction d'une grande partie du vignoble par le phylloxéra qui a ruiné de très nombreux viticulteurs.
Parti à la guerre en 1914, Alphonse n'en est jamais revenu et les bouteilles ont été précieusement gardées.

La maison Gautier avait été fondée à Aigre en 1755 et les chais installés dans un ancien moulin à eau. Le phylloxéra n'a pas épargné le producteur charentais qui décide reconstituer son vignoble aux alentours de Cognac, abandonnant ainsi le site d'Aigre à d'autres cultures. La maison Gautier, l'une des plus anciennes de Charente, est aujourd'hui celle qui est installée le plus au nord de la zone de production.
Depuis plusieurs années, les ventes aux enchères pour des bouteilles de Cognac de collection atteignent souvent des records.
"Le Grand Frère" fait partie d’un trio de même millésime (1762)  mais de tailles différentes. La “Petite sœur” dort toujours dans le chais Paradis de Gautier à Aigre. Le “Petit Frère” fut vendu 59 500 $  lors d’enchères à New York et acheté par un groupe de collectionneurs polonais.


258 ans d'âge pour ce cognac  

Le spiritueux qui a été mis en bouteille près de vingt ans avant la Révolution Française, a atteint aujourd'hui l'âge vénérable de 258 ans et l'une des premières questions qui vient à l'esprit concerne son état de conservation. Peux-t-on encore le boire et quelque goût et arômes a-t-il ? Seuls quelques privilégiés le sauront, loin, très loin, des terres où il est né.
"Elle devrait encore pouvoir se boire", a commenté Jonny Fowle, spécialiste des spiritueux chez Sotheby's, dans le journal The Times. 
Les boissons à forte teneur en alcool "se conservent très bien", a-t-il ajouté, sans exclure toutefois un "effet vieille bouteille", qui développe "parfois des notes tropicales très agréables, et parfois des notes moins attirantes assimilées au porridge".   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
le cognac culture gastronomie patrimoine viticulture agriculture économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter