À deux jours de l'ouverture du Cognac Blues Passions, les organisateurs sont confiants face à la reprise de l'épidémie de Covid-19

Publié le
Écrit par Sophie Goux

Le festival Blues Passions débute dans deux jours à Cognac. Alors que l'épidémie de Covid-19 repart à la hausse, les organisateurs sont confiants, mais prennent malgré tout des précautions.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

"Si à deux jours de l'ouverture on nous dit de remettre les masques pour tout le monde et de faire des jauges à 2.500 personnes, ça va être très compliqué pour nous", Michel Rolland, le directeur du festival ne veut pas imaginer le pire. Même si l'épidémie de Covid-19 est repartie à la hausse avec une moyenne de 100.000 nouveaux cas ces derniers jours, il n'envisage pas des mesures contraignantes appliquées à la dernière minute. Mais il explique quand même avoir renforcé les précautions. Pas d'embrassades, le respect de la distanciation quand c'est possible, le lavage des mains.

On a une appréhension, c'est clair, mais on est en contact tout le temps avec la sous-préfecture et l'Agence Régionale de Santé, pour avoir le bon reflexe si on nous impose quelque chose à la dernière minute.

Michel Rolland, directeur du Cognac Blues Passions

Un festival qui affiche complet quasiment tous les soirs

6.500 spectateurs pour les concerts des têtes d'affiches, comme Liam Gallagher, Simple Minds ou Francis Cabrel, de quoi réconforter une équipe d'organisation qui a vécu des moments difficiles les deux dernières années, comme tous les organisateurs de concerts.

Autre problème sanitaire, les piqures

C'est un phénomène qui prend de l'ampleur dans les festivals, les boites de nuit, les grands rassemblements. De plus en plus de personnes affirment avoir été piquées. Sans pour autant savoir de quel type de piqure il s'agit. Lors du festival Garorock à Marmande dans le Lot-et-Garonne le week-end dernier, 21 cas de piqures au moins ont été recensés et sept plaintes ont été déposées. Des cas certifiés par le médecin de la sécurité civile sur place. Alors à Cognac on prend aussi l'affaire au sérieux même si on refuse de céder à la panique, "21 cas de piqures sur 150.000 spectateurs à Garorock, on ne doit pas partir en psychose générale" explique Benoît Labau, le directeur technique du Festival.

Mais des mesures de sécurité seront cependant mises en place avec un contrôle des sacs à l'entrée, et une formation des agents de sécurité sur ces problèmes. "On va travailler avec la protection civile et notre chargé de sécurité est une personne aguerrie, puisqu'il s'agit du Monsieur sécurité de Garorock, précisément" détaille Benoît Labau.

Le festival se déroule à Cognac du 6 au 10 juillet et la programmation est à retrouver ici.