Cet article date de plus de 3 ans

Tour du monde solitaire : François Gabart bat le record sur 24 heures et franchit les 800 milles

Depuis son passage de l'Equateur vendredi avec trois heures de retard sur le précédent record, François Gabart a fortement accéléré pour éviter d'être rattrapé par des vents trop forts dans son dos.

Au large du Brésil, à plus de 30 noeuds, le 12 novembre 2017.
Au large du Brésil, à plus de 30 noeuds, le 12 novembre 2017. © François Gabart / Macif
François Gabart (Macif), parti le 4 novembre en quête du record du tour du monde en solitaire, est le premier navigateur à franchir la barre des 800 milles en 24 heures.

Le Français de 34 ans, né à Saint-Michel-d'Entraygues, en Charente, a parcouru 826 milles (1529,75 kilomètres) entre lundi et mardi après-midi. Et ce chiffre pourrait encore évoluer dans la soirée, indique l'équipe Macif sur son site Internet.

Les records sont faits pour être battus, c'est comme ça qu'on progresse (F. Gabart)

Mais le vainqueur du Vendée Globe 2013 pulvérise déjà son ancien record, datant de juillet 2016, où il avait parcouru 784 milles.

Sa vitesse moyenne a été de 34,4 noeuds, soit 63 km/h.

Sensations extraordinaires
"J'en suis ravi. Les records sont faits pour être battus, c'est comme ça qu'on progresse", a déclaré Gabart. "Les sensations à ces vitesses sont assez extraordinaires, le bateau vole, c'est un mélange de puissance et de légèreté".

"Maintenant, ce n'est pas l'objectif prioritaire, l'idée est d'abord de finir ce tour du monde", a toutefois aussitôt ajouté le navigateur.

Après avoir passé l'Equateur vendredi en 5 jours 20 heures et 45 minutes, soit avec trois heures de retard sur le précédent record, Gabart a depuis fortement accéléré pour éviter d'être rattrapé par des vents trop forts dans son dos.

Le Français, qui fait le tour du monde pour la première fois de sa vie de marin en multicoque, espère toujours battre le record de Thomas Coville, qui avait fait le tour de la planète en solitaire en 49 jours 3 heures et 4 minutes, fin 2016.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
françois gabart sport voile