Armée. Pour enrayer la baisse d'engagés volontaires, à Brive, le 126ᵉ RI recrute "local"

Pour faciliter l'incorporation de jeunes soldats, le 126ᵉ Régiment d'Infanterie de Brive peut désormais recruter et former ses engagés localement, une situation inédite dans les armées françaises. En effet, pour la première fois depuis 10 ans, il va manquer en 2024 entre 2 000 et 2 500 militaires dans l'armée de terre. Article original publié le 11 décembre 2023.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"L'armée de terre n'atteindra pas ses objectifs de recrutement cette année, nous connaissons des difficultés inédites", reconnaît le général Marc Conruyt, directeur des ressources humaines de l'armée de terre.

Un phénomène mondial

Chaque année, l'institution doit recruter 16.000 nouveaux soldats pour assurer le renouvellement des générations, et après un afflux de candidatures, à la suite des attentats de 2015, la dynamique a ralenti.

Le phénomène est également sensible en Allemagne au sein de la Bundeswehr et aux États-Unis ou l'US Army a enregistré 15.000 places vacantes en 2022.

Dans ce contexte, la DRHAT (direction des ressources humaines de l'armée de terre) a décrété qu'il est dorénavant possible de recruter localement sans intermédiaire.

Recruter des jeunes du bassin de Brive

Selon l'adjudant-chef responsable du CIRFA de Brive, "un jeune Briviste qui se présentera aux portes du régiment à la caserne Brune aura désormais une convocation pour effectuer ses tests au sein de la caserne dans les semaines suivantes, au lieu de se rendre à Bordeaux pour deux jours d'évaluation".

Pour le lieutenant en charge des ressources humaines des Bisons, "c'est une force de pouvoir recruter localement des jeunes, qui sont attachés à Brive et qui auront envie d'y rester, même si aujourd'hui le 126ᵉ RI ne manque pas de candidat".

Selon cet officier :

L'éloignement familial est l'une des principales causes de dénonciation des contrats d'engagement dans les premiers mois, qui représente 20 à 30% des jeunes soldats

Lieutenant en charge des ressources humaines des Bisons

Chaque année, le 126ᵉ RI incorpore 230 jeunes soldats sur un total de 850 militaires du rang, ce qui représente un très fort renouvellement.

Depuis cet été, le régiment briviste a déjà retenu cinq candidats dans le cadre de ce circuit de recrutement simplifié, et ils vont entamer leur formation à partir du mois de janvier. 

Selon l'officier RH, "il y aura quatre à cinq sessions de formations par an, pour une dizaine de candidats à chaque fois, la prochaine session débutera début avril."

De futurs combattants

Le lieutenant précise le profil recherché : "les candidats doivent être âgés de 17 ans et demi à 30 ans, il n'y a pas de niveau d'études requis, ils doivent être un minimum sportif, avoir une bonne capacité d'adaptation et surtout être motivés. Ils feront l'objet d'une enquête administrative, ils devront effectuer des tests médicaux et sportifs et ils devront passer un entretien de motivation. Ensuite, ils suivront une formation initiale de soldat de six mois, avant de recevoir la formation de combattant de l'infanterie, et d'être intégrés à une compagnie de combat susceptible d'intervenir sur tous les théâtres d'opérations."

Cette procédure de recrutement simplifié ne s'adresse qu'aux militaires du rang.

Le CIRFA de Brive reste l'interlocuteur des autres candidats qui voudraient intégrer l'armée de terre comme sous-officier, officier ou spécialistes, ou l'armée de l'air et la marine.

Quoi de neuf depuis notre article ?

Nous avons repris contact avec le régiment qui nous confirme que trois Brivistes ont rejoint la dernière incorporation au régiment. Ils suivent actuellement leur formation initiale au CFIM d’Angoulême et quatre Brivistes sont déjà inscrits pour la prochaine incorporation d’engagés volontaires.

Sur 169 réservistes, 134 vivent en Corrèze ou dans les départements limitrophes. Parmi les 35 autres réservistes présents, dix vivent en région bordelaise.

La prochaine FMIR (formation militaire initiale de réserve) aura lieu en juillet.

Pour le recrutement local, les recrutements de réservistes et de personnels d’active sont ouverts.