• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Brive: victoire à l'arraché pour le CAB

C'est un Jeremy Davidson soulagé qui s'est présenté devant la presse après un match plutôt tendu. / © Marine Nadal - France 3 Limousin
C'est un Jeremy Davidson soulagé qui s'est présenté devant la presse après un match plutôt tendu. / © Marine Nadal - France 3 Limousin

Les Brivistes sont toujours invaincus à domicile après avoir battu Oyonnax 21-20, mais comme le score l'indique, ils se sont fait peur. Le CAB reprend la tête du classement de ProD2.

Par Pierre Gauthier

C'est un mal récurrent dans les rangs brivistes, jouer un match à moitié. Très bons en première période, les Corréziens ont senti le vent du boulet en seconde face à sans doute la meilleure équipe qui soit venue au Stadium cette saison.  D'où un énorme soulagement bien visible sur les visages corréziens en fin de partie. 
 

Début de match quasi idéal pour les Brivistes qui évoluent avec le vent dans le dos. Dès la 10e minute, Thomas Laranjeira ouvre le score au pied, 3-0.
Les Oyonnaxiens bénéficient à leur tour d'une pénalité, mais choisissent de taper en touche plutôt que de prendre les points. Un choix perdant, les locaux récupèrent et se dégagent.
 
A la 17e, Bilel Taieb écope d'un carton jaune pour un geste d'humeur. Carton qui va avoir de lourdes conséquences pour son équipe. 3 minutes plus tard, Stuart Olding, de retour dans le XV briviste, lance Franck Romanet. Très en forme depuis le début de saison, l'ailier attaque la ligne et sert idéalement Thomas Laranjeira qui inscrit le premier essai du match, 10-0.

5 minutes après, toujours en supériorité numérique, nouveau mouvement d'envergure du CAB. Romanet, encore lui, fait parler ses cannes. Il est relayé par Guillaume Namy, qui fait rebondir l'action côté ouvert. Enzo Hervé trouve ensuite ses piliers, James Johnston transmet à Vivien Devisme qui aplatit après une feinte de passe digne d'un arrière, 15-0.

Les 7859 spectateurs du Stadium se disent sans doute que le reste va être facile, eh bien pas du tout. A la 35e, le bon travail des avants de l'USO permet à leur ouvreur star Ben Botica de lancer Tim Giresse dans son couloir gauche. L'ailier file à l'essai et ramène les siens à 15-7, le score à la pause
 


Une deuxième période plus hachée


Au retour des vestiaires, le jeu au large a du plomb dans l'aile. On retombe dans une succession de phases de conquête dominées alternativement par les deux formations. A la 43e, Laranjeira passe une nouvelle pénalité, 18-7, qui permet accessoirement à l'arrière briviste de prendre la 2ème place du classement des réalisateurs de cette ProD2. 

Dans la foulée, Ben Botica répond, toujours au pied, 18-10. Puis le même double la mise à la 51e, 18-13. On commence à trembler dans les rangs corréziens, mais Laranjeira redonne une marge aux siens, 21-13 (55e). 

Sauf que les avants de l'Ain sont encore puissants et performants. Ils obtiennent une pénalité, vite et bien jouée par Jérémy Gondrand. Théo Millet n'a plus qu'à ramasser le ballon et aplatir presque sans opposition, 21-20 (61e).
 


Vexés, les Brivistes se ruent à l'assaut et obtiennent un nouveau carton jaune infligé à Benjamin Gélédan. De quoi freiner les ardeurs des visiteurs... Et heureusement, car cette fois les Brivistes ne concrétisent pas leur supériorité numérique, à cause de nombreuses maladresses. Un moindre mal, à 14 les Oyomen n'ont plus les jambes pour porter le danger dans le camp corrézien, score final 21-20, ouf !

 

Avec cette 8ème victoire de la saison, la 7ème à domicile, les Brivistes reprennent la tête du championnat, ex-aequo avec Nevers et un point devant leurs adversaires du jour. On verra en fin de saison si ce point de bonus défensif concédé à Oyo a ou non des conséquences. 

Prochain match, le jeudi 29 novembre chez un autre gros, Mont-de-Marsan, pour attaquer un bloc dans lequel les Corréziens verront du pays, avec trois rencontres sur quatre à l'extérieur. 



 

Sur le même sujet

les gilets jaunes mobilisés dimanche 18 novembre

Les + Lus