Les centrales hydro-électriques de Corrèze tournent à plein régime

Au coeur de l'hiver la consommation d'électricité augmente sensiblement. C'est le moment où les centrales hydro-électriques jouent pleinement leur rôle pour réguler la production, notamment dans les barrages construits au fil de la vallée de la Dordogne en Corrèze.

Le barrage du Chastang ne Corrèze
Le barrage du Chastang ne Corrèze © Laurent DU RUSQUEC / France Télévisions

Elles brassent plusieurs milliers de litres d'eau par jour et, depuis le début de l'hiver, elles tournent à plein régime.

Pour les turbines installées au coeur des barrages hydro-électriques de Corrèze c'est la haute saison. L'hiver, plutôt rude cette année, qui fait allumer les lumières et chauffer les radiateurs, fait aussi bondir la consommation électrique des français.

Au fil de la journée, au barrage du Chastang, en fonction de la de la demande, on peut mobiliser deux ou trois turbines de façon quasi instantannée.

Avec la surconsommation hivernale, les vingt-huit centrales hydro-électriques installées au fil de la vallée de la Dordogne fonctionnent à plein régime.

L'eau accumulée pendant toute l'année mobilise toute sa puissance pour faire tourner les turbines

Commandée depuis Toulouse, la production électrique de la vallée de la Dordogne collle au plus près des besoins de consommation de la région.

Equivalent à la puissance d'une centrale nucléaire, son réseau assure la consommation annuelle d'un territoire équivalent à cinq fois la Corrèze.

Pendant l'hiver, les centrales hydro-électriques de Corrèze tournent à plein régime. ©France 3 Limousin

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie