Circulation perturbée sur l’A20 en Corrèze, à hauteur de Noailles, jusqu’en janvier

Le chantier de consolidation de la falaise de Puyjarrige au Sud de Brive a commencé depuis le 15 septembre, le long de l’A20. Les travaux vont durer jusqu’en janvier, occasionnant une perturbation de la circulation et une déviation. Les riverains s’exaspèrent de l'état des routes.

Vous ne pouvez pas les rater quand vous remontez de Toulouse, en passant par Brive. Les engins sont de retour sur la falaise de Puyjarrige. Depuis lundi, une foreuse perce la roche pour y clouter un voile géotextile et un grillage. Une première phase dans la consolidation de la falaise de grès et d’argile fragilisés.

"C’est vraiment une opération très compliquée, puisqu’il s’agit de soutenir les argiles, à les conforter, à empêcher l’érosion et surtout à évacuer un maximum l’eau. Car l’ennemi de cette falaise essentiellement, c’est l’eau", raconte Jean-Christophe Relier, directeur de la DIRCO.

Sur la partie basse de la falaise, ce sont des poutres et des pieux qui vont être insérés dans la roche. Prévu jusqu’à fin janvier, les travaux vont continuer à perturber la circulation sur l’A20.

Une circulation qui va se reporter sur les itinéraires bis. A Noailles, le trafic a explosé depuis cet été.

"Le gros du trafic est passé pendant les vacances, mais on a encore un problème de trafic aux heures de pointe sur l’autoroute. Donc les gens prennent les petites routes qui sont complètement endommagées par ce trafic. Des routes qui ne sont pas prévues pour un trafic aussi intense. Donc les bas-côtés, les nids de poule, enfin, tout est abîmé" se désole, Agnès Trémoulet, une riveraine.

Et la réfection des routes coûte cher. Particulièrement touchées, Noailles comme Brive, Nespouls et Chasteaux pourraient demander à l’Etat de mettre la main à la poche.

Rencontre avec Jean-Christophe Relier, directeur de la Direction Interdépartementale des Routes Centre-Ouest.

En quoi consistent les travaux de la falaise ?

Jean-Christophe Relier : Sur la partie haute, on va venir végétaliser, et avant on va mettre un géo textile et on va mettre du grillage. L’idée, c’est de limiter sur cette partie haute, de limiter au maximum l’érosion. En dessous, vous avez des parties qui sont argileuses. On va soutenir ces parties argileuses, donc on va mettre des poutres, on va clouter. Et on va surtout drainer. Ensuite, sur les parties glaiseuses, venir installer des grillages. Et sur la partie sous cavage, la partie un peu creuse, on va mettre du béton projeté et à nouveau on va mettre des clous. L’idée, c’est d’aller soutenir et d’éviter qu’il y ait des affaissements.

Combien de temps vont durer les travaux ?

Jean-Christophe Relier : Les premières étapes de ces travaux vont s’étaler jusqu’aux vacances de Noël, et pour une deuxième étape, disons de la fin des vacances de Noël jusqu’à la fin du mois de janvier 2022.

Comment va s’organiser la circulation sur l’A20 durant les travaux ?

Jean-Christophe Relier : La première partie des travaux va se faire dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui, c'est-à-dire sous basculement. Et aux vacances de Noël, on va rouvrir une voie. C'est-à-dire la voie montante dans le sens Province-Paris, en gardant une voie, donc on aura trois voies. Le sens Nord-Sud qui sera ouvert à deux voies et le sens Sud-Nord qui sera à une voie. Et cela jusqu’à la fin du chantier. C’est-à-dire jusqu’à la fin du mois de janvier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
circulation économie transports autoroute a20 routes