Coronavirus : des familles d'accueil aux petits soins pour les personnes âgées

Coronavirus : Antoine, un des deux résidents âgés, fait partie de la vie de sa famille d'accueil à Malemort en Corrèze
Coronavirus : Antoine, un des deux résidents âgés, fait partie de la vie de sa famille d'accueil à Malemort en Corrèze

Dans les EHPAD, l'épidémie du Covid-19 provoque de nombreuses inquiétudes. Certains de nos seniors résident dans des familles d'accueil. Il en existe une cinquantaine en Corrèze. Un confinement plus serein face au coronavirus.

Par Martial Codet-Boisse

Dans leur maison de Malemort en Corrèze, Joëlle et Jean-Claude Fayac accueillent depuis une vingtaine d'années des personnes âgées dans leur domicile. Ils font partie du réseau "famille d'accueil". La crise sanitaire liée au coronavirus a peu changé leurs habitudes de vie.

On a des infirmiers qui viennent tous les jours pour les toilettes essentiellement. On remplace comme on peut les podologues, masseuses. On leur passe de la crème, cela fait du bien au moral !

Josette (résidente dans la famille Fayac) voulait acheter des aiguilles à tricoter...cela attendra. Son bracelet-montre est tombé en panne, je lui ai donné une montre que j'avais, on se débrouille...(Joëlle Fayac, famille d'accueil à Malemort)

On est toujours avec eux. Avec le coronavirus, je sors 2 fois par semaine pour aller faire les courses. Chercher des produits frais car il ne faut pas trop modifier leurs habitudes alimentaires. (Jean-Claude Fayac, famille d'accueil)

 

Front commun contre le coronavirus 


Pour leurs pensionnaires Josette, 80 ans et Antoine, 87 ans, Jean-Claude et Joëlle Fayac ont mis en place les précautions d'usage en temps de confinement. Lavages réguliers des mains, garder une distance d'au moins un mètre entre interlocuteurs, les "gestes-barrière" sont scrupuleusement respectés. 

Avec le nouveau protocole, le médecin généraliste qui se déplace d'habitude une fois par mois, doit venir tous les 10 jours. Normalement, il vient demain. (Joëlle Fayac, famille d'accueil à Malemort)

 

Prendre un peu l'air et chanter pour s'occuper...

On a la chance d'avoir une grande cour. On peut faire le tour de la maison avec Josette et Antoine...on regarde les fleurs pousser ! On a aussi un karaoké, on leur passe surtout des chansons françaises. Antoine aime beaucoup Nana Mouskouri. (Joëlle Fayac, famille d'accueil à Malemort)
 

Antoine, 87 ans, un des 2 résidents du couple Fayac, famille d'accueil à Malemort en Corrèze
Antoine, 87 ans, un des 2 résidents du couple Fayac, famille d'accueil à Malemort en Corrèze

Ce qui est dommage avec le coronavirus, c'est qu'il y a des gens qui respectent les consignes et d'autres pas ! Cela me rappelle quand j'étais jeune à Aubazine. Il y avait la fièvre aphteuse mais tout le monde a fait attention et ça s'est arrêté là. (Antoine, 87 ans, un des 2 résidents de la famille Fayac)
 

Toujours disponibles 24h/24

Ils font vraiment partie de la famille. Partout où nous sommes, ils sont, aux mariages, aux repas, aux fêtes. Le confinement interdit les visites, reste les réseaux sociaux pour communiquer avec les enfants et les petits-enfants de la famille Fayac.(Joëlle Fayac, famille d'accueil à Malemort)

Josette et Antoine versent un salaire à Jean-Claude et Joëlle. Le couple reçoit chaque mois environ 3600 €. Mais l'argent n'est pas leur moteur. Être famille d'accueil, c'est avant tout une vocation.
 

Quels critères pour être famille d'accueil ?

Il faut que la personne accueillie puisse avoir une chambre, un accès à l'eau chaude, à une salle de bains avec douche et toilettes. Il peut y avoir du plain-pied, un couloir adapté aux fauteuils roulants mais ce n'est pas une condition obligatoire.

Il y a surtout des critères psychologiques. La capacité d'écoute, l'empathie, l'envie d'accueillir H24, 7 jours sur 7 des personnes âgées souvent en perte d'autonomie, fragiles. Même si les accueillants ont droit à des vacances, il faut constamment une continuité d'accueil, des personnes relais. Il faut être clair, c'est un dispositif très contraignant. (Elisabeth Leyris, chargée de l'accueil familial pour les personnes âgées et handicapées au conseil départemental de Corrèze)

En Corrèze, ils sont près de 100 personnes âgées à être accueillies dans une cinquantaine de familles d'accueil.

Des structures légalement règlementées depuis 1989 et dont la compétence a été déléguée aux conseils départementaux. Un dispositif encore peu développé qui pourrait constituer une alternative à des établissements plus lourds de type EHPAD.

Les familles intéressées pour devenir famille d'accueil doivent s'adresser directement au conseil départemental de la Corrèze.

 

Sur le même sujet

Les + Lus