Corrèze : Emmanuel Macron accueilli par les manifestants à l'EATP d'Egletons

Le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique est en visite en Corrèze ce samedi 21 mai, pour le baptême de la promotion Serge Rampa des établissements de formation aux métiers des travaux publics (EATP) d'Egletons. Une visite marquée par une manifestation des opposants à la loi Travail.

Une centaine d'opposants au projet de loi Travail se sont mobilisés devant l'entrée de l'établissement où était attendu le ministre Emmanuel Macron. Ils ont ensuite été repoussés en dehors du périmètre de sécurité et ont été encerclés plusieurs heures par les gendarmes. 

La visite du ministre de l'Economie en Corrèze samedi 21 mai a été marquée par la présence de manifestants à Egletons. Ces opposants à la loi travail ont notamment été rassemblés pendant 3 heures dans un périmètre de securité et bloqués par les gendarmes. Emmanuel Macron visitait l'EATP, établissement d'enseignement des travaux publics à Egletons. ©France 3 Limousin



"Je crois que les Français en ont assez du désordre"


"Ils ne viennent pas parler, ils viennent pour créer du désordre (...) Je crois que les Français en ont assez du désordre", a déclaré M. Macron, avant d'entamer sa visite de l'Ecole d'Application aux Métiers des Travaux Publics (EATP) d'Egletons.

"La gauche mérite des droites, Macron mérite les deux !", scandaient les manifestants, parmi lesquels étaient visibles plusieurs drapeaux de la CGT notamment, et une grande banderole "Bloquons l'économie et son sinistre !".

Une fois les manifestants repoussés hors du périmètre de sécurité, la visite du ministre a débuté, avec une petite demi-heure de retard. M. Macron s'est dit disposé à parler à des syndicalistes de CGT ou FO sur place, mais pas à des manifestants résolus à "provoquer".

"On l'a vu dans plusieurs quartiers, dans plusieurs villes, des violences avec des gens qui en sont à lancer de l'acide sur les policiers, à les traiter avec violence... C'est inadmissible, et ce sont des gens avec qui ça ne sert à rien de discuter", a-t-il conclu.

Images : José Sousa ©France 3 Limousin


L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité