• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Sous-marin La Minerve : fin de la première vague de recherches

Le sous-marin La Minerve a disparu le 27 janvier 1968 au large de Toulon. / © Archives (INA)
Le sous-marin La Minerve a disparu le 27 janvier 1968 au large de Toulon. / © Archives (INA)

Promises par la ministre des armées, les nouvelles recherches de La Minerve ont été menées courant février 2019. Un compte-rendu a été donné aux familles des victimes. En 1968, le sous-marin avait disparu au large de Toulon avec à son bord deux sous-mariniers originaires de Creuse et de Corrèze.

Par Hélène Abalo

C'est Hervé Fauve, fils du commandant de La Minerve, qui publie sur son site internet la présentation aux familles du résultat des recherches de l'épave du sous-marin. Annoncées par la ministre des armées Florence Parly, les nouvelles investigations pour tenter de localiser l'épave du sous-martin ont été menées courant février 2019. Si ces recherches n'ont rien donné de probant, elles prouvent au moins que le ministère prend les choses au sérieux. 


1968



27 janvier 1968. Le sous-marin la Minerve coule pendant un exercice au large de Toulon. À son bord, 52 hommes dont Daniel Naas, originaire de Tulle (Corrèze) et Jacques Vigneron de Clugnat (Creuse), mais aussi Pierre Ampen, natif d'Hendaye ( Pyrénées-Atlantiques). L'épave n'a jamais été retrouvée. Des campagnes de recherches ont été menées dans le passé, mais elles sont restées infructueuses. 

 
Clugnat (Creuse) : on se souvient du disparu de La Minerve
Le village de Clugnat dans la Creuse a appris avec soulagement en février 2019 la reprise des recherches de La Minerve en mer Méditerranée. Ce sous-marin avait mystérieusement disparu en janvier 1968 au large de Toulon...... A bord, 52 marins dont un jeune du village. Intervenants : •Louis Bouchonnet, habitant de Clugnat •Georges Corbillon,ami de Jacques Vigneron •Colette Briat, première adjointe de Clugnat - reportage : Camille Chignac et Guillaume Soudat
 


2019

La ministre des armées avait promis de nouvelle investigations. Selon le document publié par Hervé Fauve, le navire "Pourquoi pas ?" de L'IFREMER et de la marine nationale a débuté sa mission dans la nuit du 7 au 8 février en quadrillant la zone prédéfinie, puis du 16 au 19 février,  un drone autonome et un sous-marin compact (Nautile) ont effectué au total 55 heures de plongée. Le drone a permis de détecter 150 échos et le Nautile en a été envoyé sur la zone des 3 échos les plus importants.

Malheureusement, il ne s'agissait que de tuyaux ou de pièces métalliques. Rien qui puisse permettre la détection de La Minerve. Néanmoins, ces diverses traces n'étant pas ensevelies, il pourrait en être de même pour les pièces de La Minerve, ce qui renforce l'espoir des familles. 

Une prochaine vague d'investigations devrait se dérouler en juillet. En fonction des echos constatés, le "Pourquoi pas ?" et "Le Nautile" reviendront sur zone en novembre et tenteront d'identifier les traces pendant un mois.  



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pays basque : l’association Bizi fête ses dix ans

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer