"Pour nous, c'est une manière de le faire vivre", une association accompagne les parents dans le deuil périnatal

Une association spécialisée dans le deuil périnatal a ouvert ses portes, il y a un an en Corrèze. Elle accompagne les parents et leurs proches après la mort d'un enfant.

Dans la maison d'Amélie Peyraud et Logan Million, leur fils Lee Roy est partout, son nom, ses empreintes et ses photos tapissent les murs comme autant de barrages contre l'oubli.

prématurément à sept mois de grossesse, l'état de santé de leur bébé se détériore rapidement, ce qui pousse le personnel médical à couper son assistance respiratoire deux jours seulement après sa naissance.

"Son petit corps était fatigué, on voyait qu'il souffrait, se souvient la mère de Lee Roy. Elle nous avait dit que le débrancher, ça irait très vite, sauf que non, puisqu'il s'est battu encore. Il a fallu qu'on lui dise nous, plusieurs fois On est là, on a vu que tu t'es battu, maintenant, tu peux partir. Et avant de partir, il a ouvert les yeux",

C'est un deuil difficile, voire impossible à surmonter pour le couple, comme le montre la chambre du bébé, restée intacte depuis ces deux dernières années. Dans ce long cheminement, Amélie et Logan ne sont plus seuls, mais aux côtés d'autres parents qu'ils rencontrent une fois par mois.

"Pour nous, c'est une manière de raconter son histoire, de le faire vivre et discuter avec des parents qui ont vécu la même chose, il n'y a pas cette gêne que ressentent d'autres personnes en face de nous", confie le père.

Lever un tabou

Des groupes d'entraide sont mis en place par l'association SPAMA. Elle est présidée par Sophie Ballut, une maman formée qui, elle-même, a connu un deuil périnatal. Elle propose donc d'accompagner ces parents dans cette étape particulièrement douloureuse.

"À chaque groupe, on va choisir d'aborder un thème particulier, ça permet notamment d'épuiser la charge émotionnelle. Ça permet d'avancer et de cheminer, ce qu'on appelle le cheminement du deuil. Ça ne fait pas tout, mais ça aide", explique-t-elle.

En plus de ses cafés thérapeutiques, l'antenne corrézienne située à Tulle propose des échanges individuels ou encore de la sensibilisation auprès du grand public pour libérer la parole et lever ce tabou.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité