VIDÉO. Sécheresse et économies d'eau : les étangs ont-ils un rôle à jouer ?

L'intérêt des 4 000 étangs privés corréziens est questionné en ces temps de sécheresse et d'économies d'eau. Les étangs constituent-ils une solution pour stocker l'eau, à la façon d'une méga-bassine ? Quel avenir pour ces plans d'eau ? Analyse et réactions en Corrèze.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

À Meyrignac-l'Eglise, à côté de Tulle, un étang de dix-sept hectares offre la possibilité de s'y baigner ou d'y faire du pédalo. Un plan d'eau très apprécié durant l'été. Ouvert à tous, l'étang est pourtant privé. En contrepartie, la mairie salarie un maître nageur et entretient les pontons.

Un pari gagnant-gagnant selon le propriétaire du plan d'eau, Dominique Dorme : "L'objectif est que les coûts soient pris en charge par ceux qui peuvent en tirer profit. C'est un équilibre. Le but n'étant pas que chacun gagne de l'argent sur l'autre, mais au moins qu'il y retrouve ce qu'il a investi."

durée de la vidéo : 00h01mn43s
4 000 étangs privés existent en Corrèze. Des plans d'eau à repenser pour stocker l'eau d'une manière plus efficace et écologique. ©France 3 Limousin

Un modèle idéal pour le syndicat des étangs corréziens, qui encourage ses mille adhérents à tisser des partenariats, notamment avec les agriculteurs de leur secteur, en proie à la sécheresse.

"Les agriculteurs peuvent partager cette eau avec les propriétaires d'étangs, afin d'irriguer, abreuver leur bétail et s'en servir pour prendre sur les zones à tension, notamment les réseaux d'eau potable", détaille Thierry Lissac, président du syndicat.

La zone humide, meilleure pour stocker l'eau et préserver la biodiversité

Stocker de l'eau dans les étangs, à la façon d'une méga-bassine : une fausse bonne idée, selon l'association Corrèze environnement. "Un étang, c'est l'équivalent d'une flaque d'eau. Cette eau va soit s'infiltrer, soit s'évaporer et disparaître à un moment. À l'inverse, il existe un système-éponge, que constituent les zones humides. Pour le coup, elles vont vraiment stocker de l'eau et c'est ce qui nous permettra demain de faire face aux sécheresses", explique Cathy Mezerm, coordinatrice pour l'association.

Une solution tout simplement fondée sur la nature, avec les tourbières, les marais ou les prairies humides. "Si vous avez des zones humides chez vous, gardez-les précieusement. Demain, elles seront les seuls endroits où l'eau sera stockée, beaucoup plus longtemps qu'un étang, et redistribuée naturellement dans l'environnement", explique-t-elle.

Ainsi, l'association environnementale milite pour la préservation des zones humides, mais également pour la mise aux normes des 4 000 étangs privés de la Corrèze, qui permet d'améliorer la qualité de l'eau et la biodiversité. Une solution plus radicale existe également : l'asséchement d'un étang.