Covid-19 : une campagne de vaccination pour collégiens et lycéens "pour accélérer le rythme"

l'Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine a lancé ce vendredi 3 septembre une campagne de vaccination des élèves de plus de 12 ans depuis le centre de vaccination de l'agglomération de Libourne, en Gironde.
Enzo, 15 ans, élève du lycée Jacques Monod, reçoit sa première dose de vaccin contre la Covid-19 vendredi 3 septembre 2021, à Lescar, dans les Pyrénées-Atlantiques.
Enzo, 15 ans, élève du lycée Jacques Monod, reçoit sa première dose de vaccin contre la Covid-19 vendredi 3 septembre 2021, à Lescar, dans les Pyrénées-Atlantiques. © France 3 Pau Béarn

La vaccination des 12-18 ans est une priorité pour les autorités sanitaires qui organisent des cessions sur le temps scolaire. Soit les élèves se déplacent dans les centres soit les professionnels de santé vont vacciner dans les établissements scolaires.

Casser les chaînes de transmission chez les adolescents

"Dans un contexte épidémique marqué par la contagiosité de nouveaux variants et leur transmissibilité, la vaccination des adolescents est une priorité pour casser les chaînes de transmission du virus. Ils constituent en effet la tranche d’âge où les interactions sociales sont les plus nombreuses. La vaccination vise aussi à protéger les jeunes porteurs de comorbidités, plus à même de développer des formes graves de la COVID-19", explique l'Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine qui a lancé sa campagne de vaccination ce vendredi depuis l'agglomération de Libourne. Dès le 3 septembre, les élèves de trois lycées de la communauté d’agglomération seront accueillis par les équipes de vaccination du centre de vaccination de la CALI. Il s’agit du Lycée d’enseignement général Max Linder, du Lycée professionnel Henri Brulle et du Lycée industriel et hôtelier Jean Monnet.

Une cinquantaine de collégiens et de lycéens dont l'emploi du temps a été aménagé, ont pu recevoir une première dose ce vendredi comme Ninon, 15 ans.

Je me fais vacciner pour la bonne cause et pour mes proches qui sont déjà vaccinés, mais on n'est jamais assez prudents.

Ninon, 15 ans.


D'autres élèves ont envie de "sortir" et de "vivre normalement" comme "aller au cinéma ou boire un verre entre amis". "Leur taux de couverture vaccinale aura un impact majeur sur leur santé et sur le nombre d’hospitalisations à l’automne. Par ailleurs, la vaccination représente un bénéfice individuel évident sur le plan psychologique et social, en évitant les ruptures d’apprentissage des adolescents. L’enjeu est donc individuel, mais aussi collectif".

Afin de faciliter et d’accélérer l’accès à la vaccination des mineurs de 12 ans et plus scolarisés en Gironde, des opérations de vaccination sont programmées sur le temps scolaire, dans les centres de vaccination du département, et dans les établissements scolaires.

Un objectif que poursuit le comité scientifique de vaccination dont le Professeur Malvy, infectiologue du CHU de Bordeaux, est membre." Le comité constate que la vaccination des collégiens et des lycéens progresse partout en France et c'est encourageant. Nous comparons ce qu'il se passe avec les autres pays européens pour prendre des décisions. Concernant la vaccination des moins de 12 ans, j'attends les essais. A ce stade, je suis non défavorable. Il faut éviter la catastrophe sanitaire toutes générations confondues comme en Inde qui est sortie de la quatrième vague et du variant Delta mais à quel prix", explique le Professeur Malvy.

►Voir notre reportage à Libourne :

durée de la vidéo: 01 min 24
Centre de vaccination à Libourne

Vaccination sur le temps scolaire

Dans les Pyrénées-Atlantiques, 78 % des 12-18 ans ont reçu une première dose. L'agence régionale de Santé est mobilisée mais aussi l'Inspection académique. A Lescar, le lycée Jacques Monod est le premier établissement scolaire du département à vacciner sur place, dans la salle polyvalente.  Ce vendredi, trois élèves volontaires ont ainsi reçu le vaccin dont Enzo, 15 ans, qui "a voulu être vacciné pour continuer à jouer au foot". Yasmina, élève en terminale, " qui veut continuer à sortir avec ses copines au centre commercial et au cinéma".

"Seulement trois élèves ont fait la démarche aujourd'hui car beaucoup ont déjà été vaccinés durant les vacances d'été", selon l'établissement. D'autres cessions de vaccination seront organisées. Soit les élèves devront se déplacer jusqu'à un centre de vaccination, soit des professionnels de santé se déplaceront comme aujourd'hui, précise Etienne Morel, directeur adjoint de l'inspection académique.

►Voir notre reportage sur la vaccination au lycée Jacques Monod à Lescar :

durée de la vidéo: 01 min 17
Covid-19 : vaccination des lycéens à Lescar

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société éducation