Coronavirus : dépistage massif à l'Ehpad d'Aubusson après plusieurs cas confirmés

Huit cas de Covid-19 ont été confirmés cette semaine à l'intérieur de l'Ehpad d'Aubusson. Quatre résidents, trois personnels soignants et un agent technique. Un dépistage massif s'est déroulé en urgence dans cet établissement. L'objectif, éviter une hécatombe. 

 

Gilles Auzemery, le conseiller médical du directeur général de l'ARS de la Nouvelle Aquitaine. Isabelle Dumond, la directrice départementale de la délégation de l'ARS en Creuse
Photo prise devant le centre hospitalier d'Aubusson qui abrite également l'Ehpad Le Mont où un dépistage massif a été réalisé
Gilles Auzemery, le conseiller médical du directeur général de l'ARS de la Nouvelle Aquitaine. Isabelle Dumond, la directrice départementale de la délégation de l'ARS en Creuse Photo prise devant le centre hospitalier d'Aubusson qui abrite également l'Ehpad Le Mont où un dépistage massif a été réalisé © France 3 Limousin Romain Burot

Chronologie des faits

Jeudi 9 avril, les résultats tombent. Des tests ont été effectués sur quatre des 61 résidents de l'Ehpad d'Aubusson qui ont des symptômes depuis quelques jours. Ces quatre personnes âgées sont bel et bien infectées. Déjà en confinement dans leurs chambres, elles sont isolées dans une zone spécifique dédiée aux malades. La zone Covid + au sein de l'Ehpad.

Quelques jours auparavant, trois soignants et un agent technique, eux aussi, présentent des symptomes. Testés, ils sont également positifs.

Jeudi 9 avril, l'ARS, l'Agence Régionale de Santé de la Nouvelle Aquitaine, décide d'enclencher un dépistage massif de tous les personnels et résidents de cet établissement pour personnes âgées. C'est l'une des toutes premières fois qu'une opération d'une telle envergure est engagée en Nouvelle Aquitaine et c'est la première fois en Creuse.

"Nous devons avoir une réactivité maximum. La stratégie de l'Agence Régionale de Santé de la Nouvelle Aquitaine cible les établissements prioritaires, dès l'apparition de cas positifs au coronavirus" explique Isabelle Dumond, directrice adjointe de la délégation départementale de l'ARS Creuse.
 

Vendredi 10 avril, les 61 résidents et tout le personnel de l'Ehpad sont testés.
Pour les résidents, ces tests sont réalisés par l'équipe mobile du Samu de Guéret à l'intérieur même des chambres. 

"C'est très compliqué pour les résidents. Mais ils ne sont pas bêtes, ils comprennent ce qui se passe. Ils sont inquiets" nous explique  Isabelle Even, une animatrice de l'Ehpad rencontrée au moment de son test dans un laboratoire privé. Et d'ajouter : "Dans ce contexte, c'est très compliqué de leur proposer les animations habituelles. De toute façon, ils ne réagissent pas comme d'habitude."
 

Les tests des soignants ont été réalisés par l'unité de prélèvement du centre hospitalier d'Aubusson et par un laboratoire privé. Tous les résultats seront connus dans 24 à 48 heures. 

 


 

La stratégie d'endiguement

Depuis le début de l'épidémie, les autorités sanitaires de la Nouvelle Aquitaine ont maintenu un contact étroit avec toutes les peronnes infectées par le coronavirus y compris à l'extérieur des établissements prioritaires. 

"Cette stratégie consiste à suivre les cas confirmés par téléphone. Tout particulier infecté bénéficie de conseils téléphoniques pour mettre en place autour de lui toutes les barrières nécessaires à la non propagation du virus. Très rapidement les personnes "contact" sont contactées afin qu'elles s'isolent de leur entourage. Le confinement dans toute la région est ainsi supérieur à ce qui se fait ailleurs en France" explique la directrice de la délégation creusoise de l'Agence Régionale de Santé. 
 

Ce "super confinement" permet peut-être aujourd'hui à notre région d'avoir moins de cas de Covid-19. C'est en tout cas la vision de l'ARS. 

A la date du vendredi 10 avril, la Nouvelle Aquitaine compte 2909 personnes testées positives au Covid-19.
775 personnes sont hospitalisées.
229 personnes placées en réanimation


Depuis le début de l'épidémie, on déplore 174 décès parmi les personnes hospatilisées en Nouvelle Aquitaine. 
   

Risques de contamination dans les Ehpad

Alors que les personnes âgées sont confinées seules dans leur chambre dans tous les Ehpad français, et alors qu'elles n'ont plus le droit de recevoir des visites de leurs proches, mis à part celle qui sont en fin de vie, comment expliquer la contamination à l'intérieur de ces établissements ?

"Cette contamination est sans doute dûe aux entrées et sorties du personnel des Ehpad à l'extérieur. Même si de nombreuses procédures sont en place, il peut encore y avoir des manques notamment au moment des pauses déjéuner ou café" argumente le conseiller médical du directeur général de l'ARS de Bordeaux. 
 

Pourtant l'Ehpad d'Aubusson a mis en place depuis le début de l'épidémie, petit à petit, les gestes barrières en vigueur.
Un dispositif de "marche en avant" permet au personnel de s'équiper au début de leur journée avec des tenues de protection propres. Et l'objectif est de ne jamais revenir en arrière ... vers les zones sales potentiellement infectées.
"Il est urgent que tous les Ehpad se réorganisent" selon le conseiller médical de l'ARS. 

Notre idée est de dépister massivement systématiquement tous les établissements prioritaires à la moindre alerte, au moindre cas confirmés. Ensuite, il est possible d'organiser des séparations. Des zones Covid + et Covid-. Avec des personnels dédiés aux résidents positifs [Gilles Auzemery, conseiller médical]

 

Ce médecin rappelle que nous connaissons encore peu ce virus et qu'il faut adapter les mesures au fil du temps et de la propagation. 

 


Fiabilité des tests

En France le dépistage du coronavirus se fait par tests PCR dans le nez. De nouveaux tests dits "sérologiques" dans le sang, plus efficaces,  arrivent petit à petit.

Le test diagnostique dit "PCR" (polymerase chain réaction) consiste en un prélèvement naso-pharyngé (gorge, nez, nasopharynx). Il se pratique à l'aide d'un écouvillon inséré dans le nez. Ce prélèvement est obligatoirement réalisé par un médecin, une infirmière ou un biologiste

L'échantillon est ensuite analysé par un laboratoire spécialisé afin de réchercher la présence du matériel génétique du coronavirus et ainsi confirmer ou infirmer le diagnostique. 

"Le test PCR n'est pas fiable à 100%. Il y a parfois des faux négatifs Car parfois, une personne peut être testée alors que le virus n'est pas encore présent dans son nez. Il faut rester prudent" explique le conseiller médical Gilles Auzemery. 

 

Y a-t-il suffisamment de masques dans les Ehpad ?


Le Conseil Départemental de la Creuse et plusieurs communes ont lancé des commandes de masques destinées en partie aux professionnels de santé. 60 000  masques de chirurgien et 80 000 FFP2.
 

L'ARS doit en récupérer une partie pour favoriser une distribution raisonnée aux personnels prioritaires. Ils sont destinés aux soignants, personnels des Ehpad, infirmières libérales, aides à domicile du département.

"Il s'agit d'une remarquable contribution à l'effort collectif" souligne Isabelle Dumond, directrice de l'ARS en Creuse. Des masques viennent tout juste d'ailleurs d'être livrés à l'Ehpad d'Aubusson.

 

Au final, à l'intérieur de l'Ehpad d'Aubusson, 26 personnes ont été testées positives au Covid 19, soignants et résidents confondus.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société