• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Célébration de l'armistice de la 1ere Guerre Mondiale en Limousin

© France 3 / V. Agut
© France 3 / V. Agut

99 ans après après la signature de l'armistice qui mettait fin au 1er conflit mondial, des cérémonies d'hommage étaient organisées devant les monuments aux morts. En Limousin, un de ces momuments est très particulier car il dénonce l'absurdité de la guerre.

Par Christophe Bodin

En ce 11 novembre 2017, la France commémore l’armistice de 1918, signé il y a 99 ans, dans la forêt de Compiègne, dans l'Oise, et mettant fin aux combats de la première Guerre Mondiale. Comme partout en France, des hommages ont eu lieu en Limousin. 
A Limoges, la cérémonie s'est déroulée place Jourdan. 

© France 3 / V. Agut
© France 3 / V. Agut

A Brive, de nombreuses personnalités politiques et militaires sont venues honorer la mémoire des poilus de la Grande Guerre.
Malgré la pluie plus d’une centaine de personnes sont venus à cette cérémonie. 
© France 3 / D. Adam de Villiers
© France 3 / D. Adam de Villiers

En Creuse, une cérémonie a eu lieu à Guéret, une autre s'est également déroulée à Gentioux-Pigerolles, devant le monument aux morts de la commune, un monument singulier dénonçant ce conflit meurtrier de 14-18, avec une inscription : "Maudite soit la guerre !".  Chaque 11 novembre, des militants pacifistes et des membres de la fédaration de la Libre pensée, notamment, se retrouvent devant cet enfant au poing levé .

Ce contenu n'est plus disponible



L'histoire du monument de Gentioux-Pigerolles (source : université de Lille)

En 1922, à l’initiative du maire du village, Jules Coutaud, SFIO (socialiste de l'époque), maréchal-ferrant, ancien combattant gazé pendant la Première Guerre mondiale, il est décidé d'ériger un monument. Jules Coutaud a été maire de Gentioux pendant 45 ans de 1920 à 1965.

Trois projets sont présentés au conseil municipal. C'est celui de Monsieur Duburgt, conseiller municipal et ébéniste de profession qui est retenu. Il explique ainsi son choix :

"Plutôt qu'un Poilu, j'ai voulu traduire un cri du cœur. J'ai donc dessiné un orphelin, en tenue d'écolier, montrant du doigt cette inscription gravée dans la pierre et qui était alors sur toutes les lèvres : "Maudite soit la guerre !"

Un modèle en bois est dessiné par le concepteur du projet, Monsieur Duburgt, puis ce sont des artisans locaux qui réalisent le monument. La sculpture de l'écolier, en fonte, est de Jules Pollacchi. Elle sera fondue par E. Guichard, et c'est l'entrepreneur Émile Eglizeaud, entrepreneur de Faux-la-Montagne, qui construira l'ensemble du monument.

Le monument de Gentioux-Pigerolles n’a jamais été inauguré et a été interdit  de cérémonie officielle par une circulaire ministérielle. Ce n’est que le 15 novembre 1985 que le préfet de la Creuse est allé le saluer, à l’initiative du maire. Le monument sera inscrit au titre des monuments historiques en 1990.

Sur le même sujet

Réaction du directeur

Les + Lus