Fièvre catarrhale : des éleveurs refusent de céder à la panique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marine Guigné

C'est donc un nouveau coup dur pour les éleveurs. Un cas de fièvre catarrhale ovine a été confirmé en Creuse à Nouziers. La zone de protection et de surveillance s'étend sur 92 communes du département. Une situation lourde de conséquences pour l'élevage y compris l'élevage bovin.

Le GAEC Chézeau à Nouziers au nord de la Creuse compte un taureau porteur du virus de la FCO. Pourtant, il se porte comme un charme, c'est ce que l'on peut appeler un porteur sain qui ne montre aucun signe clinique. L'annonce d'un cas de fièvre catarrhale en Creuse est un coup dur pour les éleveurs y compris dans la filière bovine. Dans ce GAEC qui ne peut plus exporter, ni vendre ses animaux aux enchère en raison de la présence d'un animal porteur du virus dans son cheptel, le préjudice est d'abord financier mais pas seulement.

Reportage :

avec Patrick Chézeau, éleveur de charolais, Matthieu Chézeau, éleveur de charolais; Bernard Andrieu, directeur Départemental de la Direction des Services Vétérinaires de la Creuse. 

durée de la vidéo: 01 min 47
fièvre catarrahle Nouziers23

Des analyses aléatoires vont êtres menées partout en France et notamment dans 23 élevages Creusois. La semaine prochaine, une trentaine de ruminants vont subir des analyses pour tenter de comprendre d'où vient le virus et tenter de voir quelles zones sont vraiment infectées.