• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Creuse : une jeune femme victime de propos désobligeants de la part d'un agent de la Carsat

Fatiha Martin compte aller jusqu'au bout de sa plainte déposée. / © Martial Codet-Boisse
Fatiha Martin compte aller jusqu'au bout de sa plainte déposée. / © Martial Codet-Boisse

Un agent de la Carsat, pensant avoir raccroché son téléphone, a laissé un message vocal dans lequel il tient des propos désobligeants à l'encontre d'une jeune femme de 28 ans, qui s'occupait du dossier de retraite de sa mère. La victime a déposé plainte pour diffamation au commissariat de Guéret. 

Par Thibault Marotte

C'est une conversation que Fatiha Martin n'aurait jamais du entendre. D'après France Bleu Creuse, alors qu'elle se renseignait auprès de la Carsat de Guéret concernant le dossier de retraite de sa mère, cette jeune femme de 28 ans a reçu un message vocal où un employé de la société, pensant avoir raccroché le combiné, a formulé des propos désobligeants à son encontre.

"Cas soc’", "elle pue", "la fille c’est une Daech creusoise", "elle est voilée de la tête aux pieds". Sur l'enregistrement de plus d'une minute, la voix de l'employé est reconnaissable et ses propos aussi. On peut aussi distinguer quelques rires.

Le message vocal débutait déjà d'un ton peu accueillant, où l'auteur des insultes prévenait la mère de Fatiha Martin que son dossier ne serait pas validé et qu'elle n'avait qu'à saisir le tribunal des affaires sociales. 

La victime était de nouveau au commissariat de Guéret, vendredi 24 août 2018, pour que les policiers puissent extraire le message vocal. Il y a deux jours, elle avait seulement déposé un CD contenant l'enregistrement après avoir déposé plainte pour "diffamation non publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion".
 
Le compte-rendu du procès verbal dans les mains de Fatiha Martin. / © Martial Codet-Boisse
Le compte-rendu du procès verbal dans les mains de Fatiha Martin. / © Martial Codet-Boisse
 

La famille Martin installée depuis des décennies à Guéret

Les insultes sont d'autant plus choquantes et hors de propos que la famille de Fatiha Martin est installée à Guéret depuis plusieurs années. Sa mère, Fatima, ainsi que tous ses enfants, sont très bien intégrés à la vie de la ville. 

Fatiha Martin habite Bordeaux mais était en vacances à Guéret pour passer du temps avec sa famille. 
 

Enquête interne au sein de la Carsat de Guéret


Pour l'heure, le technicien n'a pas été suspendu. Jean-Christophe Crulli, directeur-adjoint de la Carsat Ouest-Centre a réitéré ses excuses auprès de la famille après un premier communiqué de l'organisme de service public. 

Une enquête interne va être menée pour déterminer les circonstances exactes. L'employé n'est plus au contact de la clientèle de la Carsat depuis l'incident. 
 

Fatiha Martin ira jusqu'au bout


Après avoir écouté les insultes de l'employé de la Carsat, Fatiha Martin a décidé que l'affaire ne pouvait pas en rester là. Elle a immédiatement pris contact avec France Bleu Creuse et le Populaire du Centre pour raconter son histoire. 

Depuis l'incident, la jeune femme ne dort plus. Elle se dit très choquée mais compte aller jusqu'au bout de sa démarche. 
 
Creuse : une jeune femme victime de propos désobligeants de la part d'un agent de la Carsat
Reportage : Martial Codet-Boisse, Mathieu Degremont et Nicolas Stil Intervenants : Fatiha Martin (Fille de Fatima Martin), Jean-Christophe Crulli (Directeur adjoint CARSAT Centre Ouest)


MISE A JOUR LE 20 mai 2019

Le technicien, auteur du message, a été relaxé le 16 mai 2019. Cet article a été modifié en conséquence et notamment la qualification des propos tenus qui n'ont pas été retenus comme injures racistes par la justice.  

A lire aussi

Sur le même sujet

Plantation de vignes sur l'îl de Ré

Les + Lus