Guéret : un quizz sur la sécurité routière, avec à la clé trois permis gratuits à gagner

Une soixantaine de jeunes, âgés de 15 à 25 ans, a participé à un quizz consacré à la sécurité routière. Les trois premiers de ce concours ont remporté un crédit d'heures, d'une valeur de 1500 euros, auprès de deux auto-écoles.

Le procureur de la République de Guéret, Bruno Sauvage, est à l'origine de cette idée originale.
Le procureur de la République de Guéret, Bruno Sauvage, est à l'origine de cette idée originale. © Isabelle Rio / France TV
C’est une initiative inédite en France. À l'issue de cette journée de sensibilisation à la sécurité routière, 62 jeunes âgés de 15 à 25 ans ont participé à un quizz consacré au code de la route. Il a fallu organiser un tirage au sort pour départager les élèves qui avaient le plus brillé, afin de n'en sélectionner que trois.

Ces jeunes se sont vu attribuer un crédit d’heures de 1500 euros, auprès de deux auto-écoles creusoises. Ce projet original est né de l'idée du procureur de la République de Guéret, Bruno Sauvage, attéré par les chiffres de la mortalité routière : sur les 3239 tués sur les routes de France, 583 avaient moins de 25 ans.

L'opération, dénommée "un permis pour tous", est venue cloturer une journée de sensibilisation organisée par les représentants de la sécurité routière, parmi lesquels des gendarmes et des assureurs.

"L'équivalent d'une chute de 25 mètres"

Le Dr Emmanuelle Balleste, du centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle de Noth, a également pu témoigner de la violence des traumatismes causés par les accidents de la route.

Le médecin était accompagné par l'un de ses patients, Philippe, victime de la route. Il y a cinq ans, il filait sur sa moto, respectant toutes les règles : "Pas d'excès de vitesse, pas d'alcool, pas de stupéfiant", précise-t-il. "Mais quelqu'un n'a pas fait attention à moi."

Il est percuté à 80 km/h, "l'équivalent d'une chute de 25 mètres", commente-il. Sa vie est soudain brisée. Il perd une jambe dans l'accident et alterne depuis entre séjour à l'hôpital et rééducation.

"La route, c'est votre liberté. Vous pouvez aller où vous voulez, mais c'est dangereux, prévient Philippe. Il y a des morts, des blessés, des blessés très graves".

Un fait divers survenu la nuit passée illustre à quel point ces arguments méritent d'être martelés. Un jeune creusois a été flashé à 129 km/h... sur une route limitée à 80.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société sécurité routière