Le chef des urgences de l'hopital de Guéret doit répondre d'une erreur de diagnostic devant le tribunal correctionnel de Guéret

Palais de justice de Guéret
Palais de justice de Guéret

Le docteur Dumas comparait depuis ce matin dans cette affaire qui pose la question de l'infaillibilité du diagnostic médical. 

Par Christian Bélingard

Suite à un malaise, le  6 mai 2010, Elodie, 24 ans, doctorante en pharmacie est examinée par son médecin traitant qui fait transporter par ambulance la jeune femme à l’hôpital de Guéret. Dans une lettre qu'il rédige à l’attention des médecins urgentistes, il  avance le diagnostic d'embolie pulmonaire. Sur place, un examen sanguin est effectué. Mais quelques heures plus tard, le chef des urgences de l' hôpital décide de la laisser repartir.

Le lendemain soir, Elodie est encore prise de malaise. Les pompiers transportent la patiente dans une clinique privée d’Aubusson mais elle décède pendant le transport. La cause de la mort ne fait aucun doute pour le médecin légiste: il s'agit d’ une embolie pulmonaire.

Le 22 novembre 2010, le père d’Elodie, très dépressif depuis le décès de sa fille, met fin à ses jours.

Le 7 mai 2013, le tribunal administratif de Limoges a condamné l’hôpital de Guéret dans le cadre de cette affaire. Le docteur Thierry Dumas a été interdit d’exercer la médecine pendant plusieurs mois.

Compte rendu: Jean-René Lavergne:

vidéo- procès à Guéret
Reportage: Jean-René Lavergne, Margaux Blanloeil

 

Sur le même sujet

Les + Lus