Un an de Covid : des élus creusois touchés dans leur chair

Un an après le début du premier confinement, nous avons rencontré deux élus creusois qui ont contracté des formes sérieuses du Covid.

Eric Jeansannetas n'est pas prêt d'oublier le 17 mars 2020. Ce jour-là, est le premier malade du Covid admis à l'hôpital de Guéret.

En détresse respiratoire, il a cru mourir, seul, sans même pouvoir serrer une dernière fois les siens contre lui.

L'angoisse fait aujourd'hui partie du passé, mais la maladie a laissé d'autres séquelles : "La moindre petite côte devient un Himalaya. J’exagère un peu, mais ça devient compliqué quand il faut faire un effort physique qui sort de la vie quotidienne."

 

 

Pour Eric Correia aussi, il y a eu un avant et un après Covid. Le président de l'agglomération du Grand Guéret a frôlé le passage en réanimation, et il lui a fallu plusieurs semaines pour retrouver sa forme physique.

Désormais sorti d'affaire, il regarde vers l'avenir : "Il faut prendre les choses au sérieux, mais il faut aussi continuer à vivre. Je souhaite qu’on rouvre les cinémas et les théâtres, en prenant en compte le risque."

Une crise sanitaire, sociale et économique, dont la seule issue reste la vaccination, estiment les deux élus creusois.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société