Un an de Covid : le service de réanimation de Guéret plus serein, mais toujours mobilisé

Après une première vague angoissante et une deuxième vague au bord de la surcharge, les soignants ont gagné en expérience.

Lors de notre tournage ce mercredi 17 mars 2021, le calme règne dans les couloirs du service de réanimation de l'hôpital de Guéret. Rien à voir avec l'atmosphère fébrile d'il y a un an.

Premières inquiétudes

Le 25 mars 2020, le premier malade du Covid arrivait ici, puis rapidement, les lits se remplissent. Nous y étions le 3 avril dernier.

Les soignants nous racontaient alors leurs inquiétudes, comme Marc Bedon, infirmier : "On a peur que beaucoup de gens arrivent en même temps et qu’on soit obligés d’intuber 5 ou 6 personnes en une heure, ce serait très difficile…"


Depuis, la vie du service a été agitée. Il a frôlé la saturation, sans jamais l'atteindre : c'était en novembre, au plus fort de la deuxième vague, avec 9 lits occupés sur 12.

Aujourd'hui, il n'y a qu'un seul patient Covid dans l'unité. L’appréhension n’est pas la même, car l’équipe de la réanimation a gagné en expérience, comme l’explique aujourd’hui le même infirmier : "On connaît les procédures, on sait comment intuber les gens, on sait déceler à quel moment ils se dégradent vraiment… On est plus sereins."

Soudés

Grâce à une meilleure connaissance du virus, le docteur Dhaoui Soltani, chef du service, a pu adapter la prise en charge des patients en généralisant par exemple l'utilisation de machines qui délivrent de l'oxygène à haut débit et retardent l'intubation : "Dans beaucoup de cas, cela a permis d’éviter la ventilation mécanique invasive, c'est-à-dire agressive, avec toutes ses complications."

Reste la question des moyens supplémentaires, qui se font attendre. Le discours est parfois résigné. Yolande Debenath, aide soignante, confie : "On s’est tous soudés et on a pris l’habitude de travailler comme ça."

Emotion

Heureusement, il y a aussi des émotions positives et de belles histoires, comme celle de Philippe Ambiaux, ce patient qui a quitté le service après 69 jours de réanimation…

Aujourd’hui, l’équipe se dit prête à affronter une éventuelle troisième vague, même si c’est surtout la vaccination qui suscite désormais un grand espoir.

 

Soignants, malades, commerçants, employés de supermarché, artistes, élus ou encore parents : nous les avions rencontrés il y a un an. Aujourd’hui ils nous racontent leur année Covid. Pour les découvrir, cliquez sur un point, zoomez sur le territoire qui vous intéresse ou chercher la commune de votre choix avec la petite loupe. 
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société covid-19