Habitat inclusif et handicap : le choix de la liberté

L'Association Départementale de Parents et Amis de Personnes Handicapées mentales (ADAPEI) de la Creuse porte depuis un an un projet d'habitats inclusifs. Cela permet à des personnes handicapées, de quitter le giron familial pour vivre seules, mais jamais isolés, dans des appartements.

Autonomes mais jamais isolés.
Autonomes mais jamais isolés. © Yves Robin - France Télévision

Victor Tournaud, 18 ans, est élève en terminale STMG au lycée d'Aubusson. Depuis le 18 décembre dernier, il vit seul dans un appartement de 55m² du centre-ville.

Presque banal, si ce n'est que Victor est autiste, atteint du syndrome d'Asperger. C'est lui qui a voulu quitter la maison familiale, un choix qu'il ne regrette absolument pas : "Je m’en sors bien globalement, je sais me faire à manger, la vaisselle, j’assure mon ménage. Je me rend à l’école tous les jours pour suivre mes études. J’ai besoin d’aide pour des tâches complexes ou qui demandent beaucoup d’énergie, mais dans l’ensemble je me débrouille seul."

Avec sa maman, dès qu'ils ont entendu parler de ce projet d'habitat inclusif, porté par l'ADAPEI de Creuse, ils ont postulé.

Certes, le loyer et les charges sont de près de 500€, il y a bien sûr des aides, mais la maman de Victor est elle aussi ravie, sidérée des progrès réalisés par son fils en à peine un mois : "C'est hyper positif, déjà un mieux-être pour lui, parce qu’il se sent beaucoup mieux qu’à la maison, il peut vivre à son rythme. Il est beaucoup plus apaisé, il peut se ressourcer parce qu’ici c’est le silence et il en a vraiment besoin. Et puis c’est très positif aussi au niveau de son autonomie."

handicap et habitat inclusif

Particularité de ces habitats inclusifs : aussi bien à Aubusson qu'à Guéret, il y a au cœur des résidence un appartement supplémentaire, commun à tous.

Ainsi à Guéret, quand les jeunes mariés Leatitia et Fabrice d'un côté, et Jean-Jacques de l'autre, veulent se retrouver, ils viennent là, pour un repas, des ateliers ou des discussions, avec leur animatrice. Cela, pour lutter contre l'isolement.

"L’appart collectif permet de se retrouver, on arrive là on boit un café, on programme ce qu’on va faire sur la semaine, on change des choses si on a envie de les changer, ça permet de garder toujours du lien sociale." Explique Charlotte Poiret, animatrice Habitat Inclusif ADAPEI Guéret.

L'ADAPEI de la Creuse espère pouvoir proposer 18 appartements de ce type, d'ici la fin de l'année 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société