GM&S / Steva : « Les différents repreneurs ont tous déshabillé la mariée »

Bernard Godefroy est le fondateur des usines SOCOMEC et EURAMEC, devenues Steva et GMS. Il est très pessimiste sur l’avenir de ces deux unités qu’il a vendues en 1991.
© France 3 Limousin
Bernard Godefroy est parti à la retraite en 1994. A cette époque, ses entreprises comptaient 900 salariés. En moins de 25 ans, 8 repreneurs se sont succédé. Alors celui qui a donné toute une partie de sa vie à ce qui est devenu GM&S et Steva a le cœur lourd :

C’est la fin de la fin. Tous ces repreneurs ont enlevé des technologies en place. Certains ont volé de l’argent. Ils ont tous déshabillé la mariée.


LSI a remplacé GM&S avec seulement 120 salariés. Pour le fondateur, impossible de faire tourner l’usine dans ces conditions.
 

Les équipes techniques ont disparu, la force de vente n’existe plus. Et une machine de découpage laser a même été retirée de l’atelier tôlerie du site de la Souterraine.

Selon nos informations, une technologie très rare que l’on appelle cataphorèse, tourne au ralenti dans l’usine. Elle permet de peindre des pièces. Alain Martineau, le repreneur, préfèrerait utiliser les services d’autres sociétés pour cela.

Alors Bernard Godefroy se pose une question :

Et si Alain Martineau, patron de GMD, avait repris l’usine de la Souterraine uniquement pour supprimer un concurrent ? 


Diversification

Le fondateur des usines de Bessines-Sur-Gartempe et La Souterraine avoue ne jamais avoir réussi la diversification de ses unités,  Et Pour cause :
 

Nous étions trop spécialisés sur l’automobile et ça n’était pas possible, mais nous avions la confiance de nos clients, ce qui n’est plus le cas aujourd'hui. 
 

L’incompétence des responsables politiques

Bernard Godefroy affirme que tous les responsables politiques qui se sont succédé au chevet de GM&S et Steva n’ont eu qu’une stratégie à très court terme visant à payer les salaires.
 

On a donné de l’argent sans contrepartie. Les repreneurs ont pris les subventions, les terrains et bâtiments avant de tout abandonner 


Aujourd’hui, le fondateur de l’ancien fleuron économique de la Souterraine l’affirme :
 

Ces entreprises que j’ai créées n’ont plus réellement d’avenir et c’est une plaie que je n’arrive pas à guérir 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gm&s industry économie steva