Les emplois associatifs menacés en Limousin au 31 décembre au grand dam des acteurs du secteur

Publié le Mis à jour le
Écrit par Antoine Jégat avec ND
Les emplois associatifs notamment dans les clubs sportifs ou associations culturelles sont sérieusement menacés par la fin de l'aide régionale.
Les emplois associatifs notamment dans les clubs sportifs ou associations culturelles sont sérieusement menacés par la fin de l'aide régionale. © Nicolas Chigot / France Télévisions

Le 31 décembre, La région Nouvelle-Aquitaine va arrêter son soutien financier aux emplois associatifs. Créé en 2004 par l'ex région Limousin, ce dispositif avait été renouvelé juste avant la fusion en 2015. Sa disparition soulève de nombreuses inquiétudes.

Il ne fait plus bon être éducateur sportif, responsable associatif ou même médiateur culturel, ce sont pourtant des fonctions essentielles pour assurer le vivre ensemble sur nos territoires. Même si, la région nouvelle Aquitaine se défend de vouloir faire des économies sur ces missions. Dont le coût s'élève à 7,5 millions d’euros chaque année.

De son côté, le conseil régional, pourtant socialiste, se dit contraint de supprimer cette aide par équité avec les autres départements néo-Aquitains.

Le dispositif, créé par l’ancienne région Limousin en 2004 garantit 422 emplois associatifs, principalement dans la culture et le sport. Au 31 décembre, il en sera fini de l’aide si indispensable au maintien des structures associatives notamment en zone rurale.

La crainte se fait surtout sentir en zone rurale, en creuse par exemple. A Felletin, Mélanie Leduc, sérigraphe est très inquiète. Elle a créé son atelier de sérigraphie en 2013.

D'abord bénévole, elle a pu pérenniser son poste en 2016 grâce aux emplois associatifs.

La fin annoncée de ce dispositif régional à la fin de l'année la plonge dans l'incertitude.

« On cherche des solutions. On est d’ailleurs plusieurs associations à réfléchir ensemble, pour essayer de demander à la région pour savoir ce qui va se passer sans trop avoir de réponse. Moi je ne sais pas si mon poste va pouvoir perdurer. Du coup, je ne sais pas si je vais pouvoir être professionnalisée dans son association ».

« Pour des questions budgétaires, il n’était pas possible de le reconduire sur l’ensemble du territoire. Il fallait compter 50 millions par an, vous imaginez la somme que cela représenterait, parce qu’il faut multiplier par 10 ce qui est allouée à l’ex-région limousin sur l’ensemble du territoire. Dans la période actuelle, ce n’est pas évident de trouver cet argent-là », affirme Philippe Lafrique, le vice-président de la région en charge des sports et de la vie associative.

A Felletin, les emplois associatifs font travailler 8 personnes, par exemple dans cette ressourcerie, toutes au service de la communauté.

« C’est une question de rayonnement de Felletin dans le territoire, et c’est aussi un facteur d’attractivité. C’est-à-dire qu’aujourd’hui on a un souci démographique, on a besoin d’accueillir de nouveaux arrivants, et les gens viennent s’installer parce qu’on est un territoire vivant, si ces associations-là n’ont pas les moyens de fonctionner ni de travailler alors le territoire mourra », prévient Olivier Cagnon, premier adjoint au maire (DVG) de Felletin. Il est en charge de la vie économique et de la transition écologique.

La région dit étudier chaque situation au cas par cas et insiste sur l'existence d'autres dispositifs qui permettront, peut-être, de sauver ces emplois.

Pour le vice-président de la région, « il n'est pas question d'abandonner ces salariés ». Plusieurs options sont envisagées. Par exemple, celui de transformer l’aide à l’emploi en aide au projet : pour de nombreuses associations, « il est facile de rebasculer un emploi sur certaines politiques sectorielles. On peut très bien imaginer cette solution pour une association culturelle qui a déjà une convention avec la région (pour un festival par exemple). La deuxième piste concerne surtout les associations sportives : sur 144 structures, seule une soixantaine peut  compter sur la politique sectorielle que je viens d’évoquer. Pour les autres, il s’agira de voir dans quelle mesure elles peuvent prétendre ». Les associations elles sont impatientes de savoir quel sort leur sera réservé. Car au 31 décembre, les ressources vont se stopper net, pour certaines associations, pour d'autres en revanche le dispositif s'arrêtera en juin 2022.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.