La ministre Marlène Schiappa rétropédale sur l’expérimentation du cannabis thérapeutique

Interrogée sur le plateau LCP, la ministre déléguée chargée de la citoyenneté a rappelé marqué son opposition sur la légalisation et l'expérimentation du cannabis thérapeutique. Une erreur, selon son entourage.

© Marielle Camp / France3 Limousin
C’est implicite mais suffisamment clair. Marlène Schiappa, en plus de réaffirmer son refus de légaliser le cannabis thérapeutique, indique qu’elle est aussi contre son expérimentation, bien qu’elle ait été actée et prête à être développée en Creuse.
 

Il y a une expérimentation, je suis respectueuse de la loi. Tout ce qui est voté aura lieu et se tiendra

Marlène Schiappa


Interrogée dans une émission de LCP, la ministre chargée de la citoyenneté affirme que « c’est avis personnel » qui n’engage qu’elle. Or, elle n’est pas la seule, au gouvernement, à porter cette parole puisque Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a marqué à plusieurs reprises son opposition jusqu’à qualifier la drogue de « merde » sur un plateau télévisé.
 
La parole gouvernementale, personnelle ou officielle ? Là est la question. Le sujet épineux a valu des retours de bâton même dans son propre camp sur les réseaux sociaux. Si bien que l'entourage de la ministre reconnaît une "regrettable méprise", rapporte Le Huffington Post
 

La ministre a mal compris la question, elle était sur le cannabis récréatif, car c’était l’objet de la discussion précédent l’émission. Elle a donc répondu sur le cannabis récréatif. Elle a d’ailleurs eu les députés en pointe sur ce sujet pour leur dire

Cabinet de Marlène Schiappa au Huffington Post

Un rétropédalage pour conforter la position gouvernementale et dire que tous les ministres parlent d'une seule voix. 

En visite en Creuse jeudi 1er octobre, la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gouraud a déclaré ne pas connaître le dossier du cannabis thérapeutique au motif qu’il ne dépend pas de son ministère. « Le député (LREM de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau) se bat pour ce dossier de façon permanente à l’Assemblée nationale », s’est-elle contentée de déclarer à notre micro.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie politique politique