La radiation contestée d’une sage-femme en Creuse

Rose Faugéras contre attaque après sa radiation à vie de l'ordre des sages-femmes / © F3 Limousin
Rose Faugéras contre attaque après sa radiation à vie de l'ordre des sages-femmes / © F3 Limousin

Une sage-femme creusoise a été radiée à vie après deux accouchements à domicile qui ont dégénéré. Un comité de soutien a été créé pour la soutenir.
 

Par Franck Petit

Rose Faugéras est une sage-femme de 32 ans qui exerce en cabinet libéral à Guéret.

Elle a pratiqué 250 accouchements à domicile en Creuse depuis 2015. Mais deux d’entre eux ont mal tourné. C’est ce qui lui vaut une radiation à vie de l’ordre des sages-femmes. Elle a fait appel de cette décision. Elle peut ainsi exercer jusqu’au prochain procès.

Un comité de soutien comprenant une cinquantaine de personnes s’est formé. Une réunion de ce dernier était organisée mercredi 19 février sur la commune de Gentioux-Pigerolles. Nos journalistes n’ont pas été autorisés à assister à cette dernière.
 

Un premier incident

Rose Faugéras a assisté l’une de ses collègues lors d’un accouchement le 7 Janvier 2017.

L’expulsion du placenta aurait conduit une importante hémorragie qui aurait été évaluée de manière visuelle, sans utiliser le matériel adéquat. C’est ce qui aurait généré une aggravation de l’état de santé de la patiente qui a dû être hospitalisée en réanimation à l’hôpital de Guéret. Elle aurait en outre été infectée par une bactérie.

Rose Faugéras et sa collègue n’auraient donc pas respecté les recommandations professionnelles ni les dispositions du code de santé relatives aux obligations déontologiques des sages-femmes.

A la suite de cet incident, une réunion des professionnels de santé qui ont eu à gérer l’accouchement qui a dégénéré a eu lieu en mars 2017. Un certain nombre de recommandations ont été émises. Rose Faugéras n’en aurait pas tenu compte.
 

Second incident

Le 24 mai 2018, Rose Faugéras a accepté d’accoucher une maman à domicile 5 jours au-delà du terme. Le poids du bébé était déjà très important. Les professionnels de santé considèrent qu’un tel accouchement ne peut se dérouler qu’en milieu hospitalier.

Le conseil de l’ordre des sages-femmes décrit une nouvelle fois une insuffisance, voir une absence d’évaluation des pertes sanguine. La maman aurait elle aussi été infectée par une bactérie et hospitalisée.

Le non-respect de certaines règles d’hygiène comme le port de gant et d’un masque aurait aussi été constatés, ce que dément Rose Faugeras.

L'interview intégrale de Rose Faugéras :
 
Interview intégrale de Rose Faugéras
 

La défense de la sage-femme

Selon Rose Faugeras, les 2 mamans ainsi que les 2 bébés seraient aujourd’hui en excellente santé. Une information que nous n’avons pas pu vérifier directement

C’est l’agence régionale de santé qui a déposé plainte auprès de l’ordre des sages-femmes.

Pour l’avocat de Rose Faugeras, l’ARS ne serait pas compétente pour déposer une telle plainte et évaluer les pratiques professionnelles des sages-femmes. Par ailleurs, aucun des manquements déontologiques allégués ne seraient établis.
 

Les accouchements à la maison

En France, on compte seulement 88 sages-femmes pratiquant des accouchements à domicile. Seuls 0,25% des bébés naissent encore à la maison dans notre pays.

Notre reportage : 
 
Radiation contestée d'une sage-femme en Creuse

 

Sur le même sujet

Les + Lus