Plainte pour viol d'une résidente d'un EHPAD à Dun-le-Palestel (Creuse) : l'enquête rouverte par le procureur

Publié le Mis à jour le
Écrit par M. C-B, AR et Franck Petit

Une résidente d'une maison de retraite de Dun-le-Palestel (Creuse) a accusé un autre patient de l'avoir violée en avril 2019. Sa fille a déposée une plainte, classée sans suite en raison de l'état psychologique de l'accusé. Mais l'enquête vient d'être rouverte par le procureur de la République. 

Le 7 avril 2019, une résidente d'un EHPAD de Dun-Le-Palestel, dans la Creuse, atteinte de la maladie d'alzheimer, aurait subi un viol de la part d'un autre patient.

Monique Jaudier, sa fille, a déposé une plainte, qui a d'abord été classée sans suite, l'agresseur ayant perdu la raison.

Elle a dit qu'elle se sentait mal, qu'elle avait l'impression d'être une mauvaise femme et qu'il fallait la laver...Quand elle voyait le monsieur, elle mettait les mains sur sa tête et elle criait. Elle en avait peur. (Monique Jaudier, fille de la victime)

La famille de la victime reproche à la direction de l'EHPAD d'avoir mis plusieurs semaines avant de l'avertir, et d'aviser l'Agence Régionale de Santé. La directrice de l'établissement que notre équipe a rencontré s'explique :

Avant d'informer la famille, il m'a semblé nécessaire de pouvoir avoir les avis d'experts et de solliciter les personnes resources afin de fournir une information complète à la famille de la résidente.(Marie Pierre Pelletier, directrice de l'EHPAD de Dun-le-Palestel)

Le patient incriminé aurait commis des attouchements ou agressions sexuelles entre 2017 et 2019 dans l'établissement. Le fils de l'agresseur a également réagi, très mécontent :

Si le personnel de l'EPAHD avait réagi, les médecins de l'hôpital psychiatrique auraient changé le traitement de mon père pour le rendre inoffensif. 

Avec des "si", on peut penser beaucoup de choses. Quelle preuve avons-nous que ce monsieur a fait des actes comme cela auparavant, aucune. Quand je parle au personnel de l'établissement je ne ressens pas ça.(Laurent Daulny, président du conseil d'administration de l'EHPAD de Dun-le-Palestel)

Mise à jour mardi 3 mars : le procureur de la République a fait rouvrir l'enquête, confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Guéret.

Il s'agira notamment de mettre ou non en évidence une éventuelle responsabilité de l'EHPAD.