Le retour de la vigne se confirme en Creuse

Depuis quelques années, ils sont plusieurs à s'être lancé dans l'aventure de cultiver de la vigne en Creuse. C'est le réchauffement climatique qui est à l'origine de cette idée. Rencontre avec un éleveur qui a choisi de se diversifier dans le secteur de Jarnages. Une histoire de vin et d'amitié.
 

Le retour de la vigne en Creuse, l'une des conséquences du changement climatique
Le retour de la vigne en Creuse, l'une des conséquences du changement climatique © C. Descubes / France Télévisions
Et si la vigne revenait aussi en Creuse ? Une idée saugrenue il y a encore quelques années, tant le sol et surtout le climat ne s'y adaptaient pas. Pourtant, à la faveur des changements climatiques, certains tentent l'aventure, sans garantie pour le moment. C'est le cas de Sébastien Perrier, agriculteur bio à Drouillas sur la commune de Vigeville.
Depuis 2017, avec trois copains enseignants, cet éleveur bio a planté 30 ares, avec 3 cépages différents sur un petit bout de terre exposé plein sud dans le secteur de Jarnages. 
 

On est à 500 mètres d'altitude mais on a fait le pari quand même de pouvoir sortir du vin de nos vignes sur un sol granitique et acide

Sébastien Perrier agriculteur bio à Drouillas- commune de Vigeville



Parmi les copains en question, il y a Georges Da Costa, enseignant au collège de Parsac, qui voit dans cette passion un retour aux sources : "J'ai des origines portugaises donc quelques oncles et tantes qui produisent encore leur vin tous les ans sur un petit lopin de vignes. Il y a peut-être une histoire familiale que j'avais envie de retrouver et j'ai des acolytes pour le faire !" s'amuse-t-il.


 
4 amis plantent des vignes dans le secteur de Jarnages en Creuse ©France 3 Limousin


La dernière plantation en date : 300 pieds de Sauvignon blanc. A l'occasion de notre tournage en ce 18 août 2020, Eric Rouvellac, professeur de Géographie à l'Université de Limoges, expert INAO (Institut National de l'Origine et de la Qualité) et spécialiste vins de terroir la découvre. Pour lui, planter des vignes en Creuse n'est plus une aberration agronomique : les températures sont là, même s'il reste à expérimenter quelques détails avant de crier victoire. 
 

Le régime de précipitations est très important, le danger des gels printaniers aussi, mais en effet, le potentiel existe beaucoup plus qu'il y a 20 ou 30 ans, c'est certain.

Eric Rouvellac, professeur de Géographie à l'Université de Limoges, spécialiste vins de terroir.



Sébastien Perrier possède déjà la cuve, il a déjà prévu la première vendange en 2021 avec ses amis. La viticulture qui avait été abandonnée il y a plusieurs siècles en Creuse, connaît un regain : depuis quelques années, quatre fermes s'y sont lancées dans le département.  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie réchauffement climatique environnement