Corrèze : un nouveau vin "made in Sainte-Féréole" sur le marché

A Sainte-Féréole près de Brive, quatre Corréziens ont décidé de cultiver une ancienne vigne pour lancer une petite production bio, unis par l'amour du terroir. Malgré la sécheresse, leur deuxième récolte devrait être bonne cette année.
 

Les premières bouteilles du vin produit à Sainte-Féréole viennent d'être commercialisées.
Les premières bouteilles du vin produit à Sainte-Féréole viennent d'être commercialisées. © FR3 Limousin
A Berchat, petit hameau de Sainte-Féréole, en Corrèze, quatre vignerons - dont trois encore débutants - préparent leurs secondes vendanges. Le millésime 2019, fruit de la première récolte, vient de se concrétiser, après vinification en collaboration avec un œnologue : cabernet franc pour le rouge, sauvignon pour le blanc.

L'histoire de ce nouveau vin corrézien, commercialisé sous la marque "L'essai", commence avec Jean-Pierre Barret. C'est lui, vigneron comme l'était son père, et le père de celui-ci avant lui, qui a décidé de replanter une terre qui n'avait plus vu de vignes depuis les années 60.

"Je sais qu'il y a un vrai potentiel au niveau terroir pour élaborer des vins de qualité, et je trouvais dommage qu'on ne puisse pas consommer des vins produits localement", explique-t-il.
 

Production bio


Pour lancer sa petite production bio, d'un hectare seulement, Jean-Pierre Barret embarque avec lui trois amis, Hervé Longy, Fabrice Lacroix et Christophe Pouget. Issus du monde agricole, les trois hommes se connaissent déjà à défaut de connaître au départ la viticulture.

Auprès de Jean-Pierre, le trio a appris un nouveau métier. Et lorsqu'il s'agit aujourd'hui de prédire la récolte à venir, la réponse ne tarde pas :

"Pour l'instant ça s'annonce sec, mais d'après ce qu'on a vu l'année dernière on aura plus de raisins, au moins dans les rouges, puisque les pieds sont assez fournis, indique Hervé Longy. On est plutôt confiants autant sur la qualité des grappes que sur la qualité du vin qu'on sera capable de rentrer en cuve."

Les choses semblent donc bien partie pour cette deuxième année. Les premières bouteilles qui viennent d'être commercialisées, marquées de l'IGP Pays de Brive, pourraient bien être suivies par de nombreuses autres.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie vins culture gastronomie agriculture bio agro-alimentaire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter