"Vous avez l’impression d’être tout seul", ils vivent au quotidien avec la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer touche tous les ans 250 000 personnes. En Creuse, près d’Évaux-les-Bains, Marinette Lanord s’occupe de son époux Jean-Bernard, atteint de la maladie depuis 5 ans. Témoignage.

"On essaye de maintenir une routine, on essaye de continuer à vivre normalement, mais on avance moins vite". Marinette et Jean-Bernard Lanord habitent près d’Évaux-les-Bains en Creuse. Depuis le début de l’année, la vie des deux époux est rythmée par le silence. Atteint de la maladie d’Alzheimer depuis 2016, Jean-Bernard a perdu progressivement sa capacité à s’exprimer.

Il a été diagnostiqué en 2016. Jusqu’à 2020, nous étions dans une période où la maladie ne progressait pas trop et depuis début 2021, là, on est passé à une autre étape. […] C’est maintenant que c’est le plus dur. 

Marinette Lanord

Jean-Bernard Lanord a également perdu la mémoire et certains gestes du quotidien sont devenus difficiles à réaliser. Alors pour son épouse, s’occuper de son mari est devenu un travail à plein temps, marqué par la solitude.

Vous avez l’impression d’être tout seul et de ne plus savoir quoi faire. Vous vous demandez ce que vous pouvez faire, ce qui va vous arriver demain, on est un petit peu perdu.

Marinette Lanord

Malgré la maladie, Marinette Lanord essaye de stimuler autant que possible son mari : "On fait les courses, des activités que l’on faisait avant. […] France Alzheimer organise des activités, ça permet de souffler de temps en temps".

250 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année

Tous les ans, 250 000 nouveaux cas sont diagnostiqués en France. Autant de malades qui dépendent de leurs proches et d’associations comme France Alzheimer.

Si la maladie frappe le plus souvent des personnes âgées (près de 15 % des plus de 80 ans), elle peut aussi survenir beaucoup plus tôt. On estime aujourd’hui en France à 33 000 le nombre de patients de moins de 60 ans atteints de la maladie d’Alzheimer. Cette maladie peut donc tous nous concerner.

C’est une maladie qui est parfois détectée très tardivement. Il faut faire de la prévention pour pouvoir freiner le déclin cognitif chez ces malades et pour faire en sorte qu'ils puissent rester à domicile le plus longtemps possible avec une bonne qualité de vie.

Professeur Achille Tchalla, chef du service gériatrique au CHU de Limoges

Des facteurs de risque cardiovasculaires comme le diabète, l’hypertension, ou l’hypercholestérolémie sont associés à une survenue plus fréquente de la maladie. D’autres facteurs comme la sédentarité, le manque d’activité intellectuelle, les mauvaises habitudes alimentaires, le manque de sommeil ou encore, de faibles interactions sociales peuvent aussi expliquer la maladie. "Les activités physiques et la stimulation cognitive ont fait leurs preuves, ça va permettre aux fonctions cognitives de se maintenir le plus possible", continue le Professeur Achille Tchalla.

Mardi 21 septembre, c’est la journée mondiale de sensibilisation à la maladie d’Alzheimer. À cette occasion, plusieurs activités se déroulent toute la semaine dans les associations départementales France Alzheimer. Pour en savoir plus.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société