Déconfinement : gare au relâchement et aux accidents sur les routes du Limousin

Depuis lundi, le trafic reprend ses droits sur les routes limousines. S’il a permis de réduire considérablement le nombre d’accidents, le confinement a aussi modifié certaines habitudes de conduite. Les autorités responsables de la Sécurité Routière appellent à la plus grande vigilance. 
© Thomas JOUHANNAUD
Elle est déjà bien loin l’époque où l’on pouvait sortir de chez soi sans croiser, ni même entendre une voiture. Pendant ces deux mois de confinement, le nombre d’accidents sur la route a considérablement diminué. 

Mais il repart déjà à la hausse. Dans la nuit du 11 au 12 mai, un accident à fait un mort sur l’autoroute A20, à hauteur d’Arnac-la-Poste. 

Moins d’accidents et de morts sur les routes pendant le confinement


Selon des données provisoires, il y a eu seulement 11 accidents en Haute-Vienne au mois d’avril, contre 31 l’an dernier. Même tendance en Creuse avec seulement 4 accidents recensés entre mars et avril 2020, contre 9 l’an dernier sur la même période. 
 
Bilan (provisoire) des accidents de la route en Haute-Vienne - avril 2020
Infogram


Le nombre des blessés est lui aussi en baisse ainsi que le nombre de tués, puisqu’aucun mort n’a été recensé sur les routes de Creuse et de Haute-Vienne pendant le confinement.  

Ces statistiques, historiquement bassses, s’expliquent par la baisse du trafic. Des résultats qui permettent de rattraper un début d’année difficile. En Haute-Vienne, 4 personnes avaient perdu la vie dans un accident de la route entre début janvier et fin février, contre seulement 2 sur la même période l'an dernier. 
 

Mauvaises habitudes et vigilance 


Malgré cette légère embellie, le confinement a aussi vu le nombre d’excès de vitesse s’accroître fortement. Les routes s’étant vidées, certains automobilistes ont décidé de mettre le pied sur l’accélérateur. 

À titre d’exemple, du 30 mars au 5 avril, les radars automatiques ont enregistré une augmentation de 12 % des grands excès de vitesse (plus de 50 Km/h) à l’échelle nationale, par rapport à la dernière semaine avant le confinement.. 

Marc Yon, référent sécurité routière auprès de la préfecture de Haute-Vienne, craint donc un « effet déconfinement » avec le retour sur les routes de nombreux automobilistes. 
 

Beaucoup de personnes n’ayant pas conduit pendant près de deux mois vont revenir sur la route. Un nombre important, auquel vont s’ajouter les personnes qui prennent en temps normal les transports en commun, mais qui, par peur du virus, vont faire le choix de prendre la voiture ou un autre mode de transport. Il va falloir partager la route avec encore plus de monde.


En ville, les vélos et les trottinettes électriques risquent d’être plus présents qu’avant selon lui. Il en appelle à la vigilance de chacun. Surtout que la concentration au volant a été profondément affectée par le confinement. 
 

Le télétravail a rendu le téléphone portable encore plus important dans nos vies. Il va falloir se forcer à se déconnecter le temps de la conduite. 


Campagne de sensibilisation 


Face à la réunion de tous ces risques, la Sécurité Routière a lancé une nouvelle campagne nationale de sensibilisation, en direction notamment des entreprises. 
 
Ensemble


Le message est clair : les Français ont réussi à prendre des mesures drastiques pour nous protéger du coronavirus, ils doivent mettre la même application pour respecter le code de la route. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société circulation économie transports accident faits divers