• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Des députés vont effectuer des contrôles surprise dans des prisons de Nouvelle-Aquitaine

Une vingtaine de députés va effectuer des contrôles surprise dans des établissements pénitentiaires de toute la France. Parmi les prisons visées, celles de Bordeaux-Gradignan, Bayonne et Poitiers-Vivonne. 

Par Maïté Koda

Des députés qui contrôlent par surprise des centres pénitentiaires et des maisons d'arrêt. C'est le programme fixé par la présidente de la commission des Lois Yaël Braun Pivet (LREM) , à l'origine de l'initiative.
 
 
"La France est trop souvent montrée du doigt" du fait de "la misère, de la promiscuité et de la vie carcérale", a précisé Yaël Braun-Pivet, ajoutant que " les chiffres font état d'une situation très dégradée dans les prisons, surpeuplées et souvent vétustes. Le personnel pénitentiaire, en nombre insuffisant, est confronté à des conditions de travail particulièrement difficiles".
 
 
Ce contenu n'est plus disponible

 

Trois prisons de Nouvelle-Aquitaine seront contrôlées

Parmi la grosse vingtaine de prisons qui seront contrôlées par les députés, figurent celles de Bordeaux-Gradignan, Bayonne et Poitiers-Vivonne.
 
 
Des établissements régulièrement pointés du doigt. En visite à Gradignan en février, l'ex-ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas avait promis une reconstruction d'ici 2022, l'actuel étant à la fois vétuste et surpeuplé, avec près de 600 détenus pour 423 places.
Même son de cloche pour la prison de Bayonne, également surpeuplée, alors que dans le département, une nouvelle maison d'arrêt de 500 places doit voir le jour à Pau dans les années à venir.
 
Quant à la prison de Poitiers-Vivonne, elle avait fait parler d'elle en septembre 2016 après que des détenus ont mis le feu à un bâtiment, un incendie qui avait entrainé lle transfèrement de 140 détenus.
 
 

 Nourrir "les chantiers de la Justice"

 
Les députés qui visiteront les établissements, (une vingtaine au total dans toute la France)  débattront de ce qu'ils auront constaté sur place mercredi en commission, puis le 14 novembre avec la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté Adeline Hazan.
 
L'objectif est aussi de nourrir "les chantiers de la justice", initiés par la ministre Nicole Belloubet, principalement celui qui concerne "le sens et l'efficacité de la peine".
 
 
 
 
 

Sur le même sujet

En haut du donjon d'Angoulême

Les + Lus