Au cœur de l'hiver, c'est l'heure de la taille des pommiers pour les arboriculteurs du Poitou-Charentes

Dans les vergers, les arboriculteurs vont s'activer pendant plusieurs semaines. Une période essentielle qui déterminera en partie la qualité des récoltes futures. À Secondigny dans les Deux-Sèvres, un couple d'arboriculteurs gère 14 000 pommiers. Ils stockent jusqu'à 250 tonnes.

De longs rangs de pommiers, des sécateurs et une bonne dose d'huile de coude. C'est la recette de la taille des arbres au coeur de l'hiver.

En tout, Eric et Dominique Michel ont 14 000 pommiers sur leur propriété. Un verger qui enfile son costume d'hiver depuis quelques semaines. La chute des feuilles, c'est le signal pour débuter la phase de taille et de coupe des arbres.

L'occasion aussi de faire un état des lieux complet : "On doit se fier à la vigueur et à l'état de l'arbre. Il peut y a voir des accidents, des maladies d'hiver qu'il faut supprimer. On a l'habitude de travailler nos arbres depuis plusieurs années, on les connaît. Cela nous permet ainsi de voir ce qui est normal ou anormal".

Depuis 7 ans, on s'est engagé à réduire les produits.

Eric Michel

Arboriculteur à Secondigny (79).

Avec son expérience de 38 ans dans le domaine, Eric Michel a le geste juste. Pas plus de quelques secondes passées sur chaque pommier. Le geste est sûr et a vocation à supprimer les mauvaises branches.

Pour que la récolte soit bonne, il faut dès à présent prendre soin des plantations, tout en préservant également la nature : " Depuis 7 ans, on s'est engagé à réduire les produits. On arrive à une réduction de 20 à 25 %. Nous avons des contraintes météorologiques qui nous obligent à mettre des produits pour préserver de bonnes récoltes, mais nous les minimisons au maximum ".

Une vente en circuit court

L'ensemble des pommes récoltées sur cette exploitation est vendu directement sur place ou sur les marchés du département : "ça permet de conseiller les gens, d'avoir un vrai lien et de raconter la façon de produire" se satisfait, Dominique Michel.

De septembre à mai de chaque année, ce sont 12 variétés de pommes qui sont vendues.

Le tarif est intéressant par rapport aux supermarchés.

Une cliente fidèle de l'exploitation.

Dans les chambres froides de la propriété, réglées à 2 °C, ce sont jusqu'à 250 kilos de pommes qui sont stockées : "Elles sont calibrées, ce qui nous évite de stocker des fruits invendables. Avec la hausse du coût de l'énergie, ça évite de stocker des fruits pour rien" confie Eric Michel.

Pour les clients, acheter les fruits directement dans l'exploitation à plusieurs avantages : "Le tarif est intéressant par rapport aux supermarchés. On mange beaucoup de ce fruit, ça permet donc de stocker, d'avoir des conseils et de connaître la provenance de ce que l'on mange".