Un cas d’influenza aviaire détecté à Cirières (Deux-Sèvres)

Le cas a été détecté dans un élevage de 8500 canards sur une exploitation de Cirières, entre Bressuire et Cerizay. Les bêtes seront prochainement abattues.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La préfecture des Deux-Sèvres a communiqué ce matin sur la présence d’un cas d’influenza avaire au nord du département, détecté dans le cadre d’un plan de dépistage instauré en décembre dernier.

Plusieurs mesures ont été prises : une zone de contrôle temporaire a été établie. Elle constitue une zone tampon de 3 kilomètres de rayon autour de l’exploitation : "Toute entrée ou sortie d’animaux y est interdite".

Les 8500 canards de l'élevage seront euthanasiés. Dans son communiqué disponible sur son site, la préfecture précise que "l’abattage est pris en charge par l’État et l’éleveur sera indemnisé" et que "des analyses complémentaires indiqueront si ce virus est faiblement ou hautement pathogène. Les résultats seront connus ce week-end et le dispositif de mesures à mettre en place sera adapté en conséquence". L’élevage devra être désinfecté.

Les Deux-Sèvres ont été touchés par un épisode d’influenza aviaire en début d’année 2017.

Mi-février, un foyer d'influenza aviaire, faiblement pathogène, a été détecté dans un élevage de canard situé sur la commune de Saint-Christophe-du-Ligneron en Vendée, comme le rapportent nos collègues de France 3 Pays-de-la-Loire. 16 000 canards avaient alors été abattus.

Message de prévention

Le communiqué préfectoral s’achève sur un message de prévention : "Compte tenu de ce contexte, il est rappelé à tous les acteurs, notamment les vétérinaires, les éleveurs, les chasseurs, les propriétaires particuliers de basse-cour et les autres détenteurs d’oiseaux l'importance de l'application stricte de mesures de biosécurité dans les élevages et lors du transport des animaux. De même, toute mortalité suspecte d’oiseaux doit impérativement être signalée à la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP)."
Plus d'information sur le site du ministère de l'Agriculture.

Plus d’informations dans la journée et dans nos éditions de 12h et 19h sur France 3 Poitou-Charentes