Cet article date de plus de 6 ans

La FNSEA des Deux-Sèvres inquiète face à la chute des cours de la viande

La FNSEA a décidé de lever le ton en organisant ce mercredi une conférence de presse. Le syndicat agricole relaie les préoccupations des éleveurs de viandes bovines qui s'alarment face à leur trésorerie. Dans le même temps, le gouvernement annonce des mesures pour les agriculteurs.

Trésoreries sont dans le rouge, absence de perspectives, les éleveurs de viande bovine estiment qu'ils ne peuvent plus faire face à une baisse continue des prix de la viande depuis 18 mois. Pour illustrer cette situation de crise, la section viande bovine FNSEA 79 a convié des journalistes à se rendre sur le terrain, en l'occurrence une exploitation familiale composée de 2 associés et d'un salarié qui travaillent une centaine de vaches allaitantes.

Mardi soir, Xavier Beulin, le président de la FNSEA, a été reçu par le Premier ministre Manuel Valls et plusieurs de ses ministres. Il a eu l'assurance que parmi les mesures qui seront annoncées lors du Conseil des ministres de ce mercredi, le gouvernement va alléger les démarches des éleveurs de volailles qui souhaitent créer un élevage ou agrandir leur troupeau, comme il l'avait déjà fait avec les porcheries. 

Des mesures sur l'eau ont été également avancées, sujet sensible après le dossier du barrage de Sivens. "On va enfin avoir une cartographie des cours d'eau en France pour voir ce qui est un cours d'eau et ce qu'il n'est pas", explique le syndicaliste. Xavier Beulin a également bon espoir que la police de l'eau (Onema) soit désarmée lors des contrôles sur les exploitations. Une décision symbolique alors que les agriculteurs se disent étranglés par les normes et contraintes, l'arrivée d'un contrôleur armé étant particulièrement mal ressentie dans ce contexte.

Enfin, s'agissant des relations commerciales avec la grande distribution, le gouvernement a promis à la FNSEA "des sanctions" vis-à-vis des enseignes qui ne joueraient pas le jeu. Le ministre Stéphane Le Foll a expliqué que ses services "continuent à exercer, dans le cadre qui est celui de la loi, une pression pour que la grande distribution prenne bien en compte le fait qu'on ne peut pas accepter une déflation".

Le 52e salon de l'agriculture s'ouvre samedi alors que cette année le monde agricole traverse une période particulièrement compliquée avec des revenus en berne pour toutes les productions, à l'exception du lait et du vin.

Et pour avoir accès aux derniers résultats en Poitou-Charentes sur l'industrie du lait à vache et de chèvre, c'est ici.

Les chiffres de l'industrie du lait de vache et de chèvre en Poitou-Charentes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture salon de l'agriculture