Niort : la grève se poursuit à l'hôpital, 93ème jour de conflit

Les grévistes de l'hôpital de Niort dénoncent le manque de moyens. / © D. Laveau, France 3 Poitou-Charentes
Les grévistes de l'hôpital de Niort dénoncent le manque de moyens. / © D. Laveau, France 3 Poitou-Charentes

Les grévistes qui campaient devant l'hôpital de Niort depuis le 11 septembre, ont démonté leur village revendicatif mais ils continuent leur combat. Ils demandent plus de moyens humains. 

Par EG

Ils lèvent le camp mais ne déposent pas les armes. Tout juste concèdent-ils "une petite trève", avant "d'autres actions ailleurs".

Ce mercredi, les personnels en grève depuis 93 jours ont démonté le village revendicatif installé devant l'entrée de l'établissement depuis septembre ; mais ils ont voté la poursuite du mouvement en assemblée générale. 

Le syndicat CGT qui mène la fronde l'affirme haut et fort : la grève continue car les revendications pour obtenir plus de moyens humains ne sont pas entendues par la direction de l'établissement (lire notre encadré ci-dessous).

"On réclame toujours cinquante postes pour améliorer les conditions de travail et la prise en charge des patients" explique Sandrine Fournier, déléguée syndicale CGT au sein de l'hôpital de Niort. 
La grève se poursuit à l'hôpital de Niort, 93ème jour de conflit
Reportage de D. Laveau, G. Soudat et C. Pougeas (intervenants : Sandrine Fournier, déléguée syndicale CGT hôpital de Niort ; Sylvain Guillaumie, infirmier à l'hôpital de Niort)
À l'origine, la colère est née dans le service de psychiatrie puis d'autres services ont suivi. Le front intersyndical CGT FO s'est fissuré lorsque Force Ouvrière a décidé de cesser le mouvement. 

Mouvement qui perdure donc avec une journée d'action prévue demain jeudi 22 novembre. Les grévistes appellent la population à les rejoindre. 




 


 

La direction de l'hôpital prend acte

Par la voie d'un communiqué, la direction du Centre hospitalier de Niort dit prendre acte de la décision de la CGT et affirme que 1,75 poste (ETP) infirmier a été créé dans le cadre des ambulances spéciales en psychiatrie.
L'objectif est de  "conserver l’emploi à l’hôpital et de favoriser l’attractivité de l’établissement" explique le communiqué. 
La direction rappelle par ailleurs que deux protocoles d’accord ont été signés et adoptés par le Comité technique d'établissement. 
La CGT n'a pas signé ces protocoles. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus