Suppression de postes et fermeture du laboratoire Boiron du site de Niort-Chauray

© Philippe Renault- MaxPPP
© Philippe Renault- MaxPPP

Le site Boiron de préparation-distribution de Niort-Chauray devrait être supprimé prochainement. Le laboratoire Boiron a annoncé ce mercredi plus de 600 suppressions de postes en France, soit environ un quart de l'effectif dans le pays, et la fermeture d'un de ses trois sites de production.

Par LG avec AFP

Sur les 31 sites de Boiron, treize seront fermés, dont le site de préparation-distribution de Niort-Chauray (Deux-Sèvres) et l'usine de Montrichard (Loir-et-Cher), entraînant au total la suppression de 646 postes, a indiqué le groupe, qui a présenté ce projet aux syndicats dans la matinée. Ce plan, qui ne concernera que la partie française des quelque 3.700 salariés du groupe dans le monde, est nécessaire pour "pérenniser l'entreprise et assurer son avenir et celui des salariés qui restent", a affirmé le groupe.

"Dans ce projet, il y a la création de 134 postes et aussi une nouvelle organisation de nos équipes commerciales pour pouvoir s'adapter à cette nouvelle donne", précise-t-il, ajoutant que les filiales à l'international ne sont pas concernées par "ce plan de réorganisation".

Dans le détail, outre l'usine de Montrichard, 12 sites de préparation-distribution seront fermés, à Avignon, Belfort, Brest, Grenoble, Limoges, Niort, Paris-Bois d'Arcy, Paris-Ivry, Pau, Rouen, Strasbourg et Toulon.

Le laboratoire lyonnais, leader mondial du secteur, met en avant le rôle que joue, selon lui, la décision de dérembourser l'homéopathie prise par le gouvernement français, alors que la France représente quasiment 60% de ses ventes.

Depuis le 1er janvier, l'homéopathie, qui fut un temps remboursée à 65% avant de tomber à 30%, ne l'est en effet plus qu'à 15%. Ce taux tombera à zéro en 2021.

Cette décision avait été annoncée en juillet 2019 par le ministère de la Santé, au terme d'une longue polémique sur l'efficacité de l'homéopathie. A l'époque, Boiron avait affirmé qu'un déremboursement de l'homéopathie menacerait 1.000 emplois sur ses 2.500 en France.

Il y a eu "une campagne de déstabilisation très virulente depuis deux ans", affirme l'entreprise, qui dit continuer à "tout faire pour obtenir un moratoire et le maintien d'un remboursement".

Le groupe, qui doit publier ses résultats annuels financiers dans la soirée mercredi, a confirmé s'attendre à une baisse de sa rentabilité en 2019.

Ses ventes annuelles l'an passé, déjà publiées, sont en baisse de presque 8% à 557 millions d'euros, alors même que le déremboursement n'avait pas encore eu lieu.

Sur le site, les salariés sont sous le choc 

A Chauray, les 35 salariés sont encore sous le choc au lendemain de l'annonce de la fermeture du site.
C'est violent, s'insurge l'une tandis qu'un autre membre du personnel parle de colère. D'autres évoquie une cabale contre l'homéhopathie.
"Il faut écouter les patients, si vous avez un patient qui vient chez vous et revient chez vous parce qu'il a été soulagé, on nous dit que l'homéopathie, c'est un placebo, c'est du pipeau", s'insurgeait ce jeudi matin un salarié atteré.

Le reportage de Dominique Laveau et Alain Darrigrand.

Boiron dans les Deux-Sèvres


 

Sur le même sujet

Les + Lus