VIDÉO. À Sainte-Soline, dans les rangs des manifestants, des militants pacifistes surpris par les violences

durée de la vidéo : 00h02mn20s
À Sainte-Soline, à la manifestation contre les bassines, des manifestants venus en découdre côtoient des manifestants pacifistes, certains encore étudiants. Reportage France 3 Poitou-Charentes : Antoine Morel. ©France télévisions

Si une grande partie de la foule est restée pacifiste, samedi, une frange des manifestants s'est retrouvée dans un face à face violent avec les forces de l'ordre. Au moins un manifestant est encore entre la vie et la mort, ce lundi matin.

Un manifestant est entre la vie et la mort après de violents affrontements avec les forces de l'ordre samedi dans les Deux-Sèvres, dont autorités et organisateurs se rejettent la responsabilité sur fond d'opposition à un projet de retenues d'eau.

Le pronostic vital de cet homme de 30 ans, dans le coma après un traumatisme crânien, restait engagé dimanche, selon le parquet de Niort qui a ouvert une enquête spécifique sur les circonstances dans lesquelles trois manifestants au total, dont une femme de 19 ans et un autre homme de 27 ans, ont été grièvement blessés.

D'autres enquêtes ont été ouvertes sur les faits, notamment pour "organisation de manifestation interdite", "violences sur militaires" et "destruction de biens".

Les organisateurs de la manifestation contre les "bassines", surnom donné par leurs opposants à des réserves d'eau destinées à l'irrigation agricole, affirmaient depuis samedi qu'un membre du cortège était entre la vie et la mort.

Selon un bilan actualisé par le parquet dimanche à 18 h, deux gendarmes blessés grièvement "sont désormais en urgence relative". Au total, 47 militaires et sept manifestants ont été pris en charge par les secours.

Les organisateurs - le syndicat agricole Confédération paysanne, le collectif d'associations Bassines non merci et le mouvement écologiste des Soulèvements de la Terre - font état d'un bilan beaucoup plus lourd : 200 manifestants blessés, dont 40 graves.

Celui du parquet ne porte que sur les blessés officiellement secourus, ce qui peut expliquer l'écart entre les chiffres.

durée de la vidéo : 00h01mn58s
Deux journalistes ont été blessés samedi alors qu'ils couvraient la manifestation des opposants aux réserves de substitution en eau à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres. Parmi eux, le photojournaliste de Sud Ouest, Xavier Léoty. Reportage : Eric Vallet et Pierre Lahaye. ©France télévisions

"Intox"

Depuis samedi, autorités et organisateurs se renvoient la responsabilité des violences survenues autour de la réserve d'eau en construction à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres, l'une des 16 prévues dans la région pour une capacité totale de six millions de mètres cubes.

Ce projet porté par une coopérative d'agriculteurs irrigants, avec le soutien de l'État, est contesté de longue date parmi d'autres en Poitou-Charentes, où la question des "bassines" incarne les tensions croissantes autour du partage de l'eau à l'heure du changement climatique.

Le rassemblement, comme le précédent fin octobre, avait été interdit par la préfecture et plus de 3 000 forces de l'ordre ont été mobilisées autour du chantier. Selon les autorités, il a réuni quelque 6 000 manifestants, dont un millier d'activistes radicaux ; une "intox" pour les organisateurs, qui parlent de 30 000 personnes.

Leur répartition en trois cortèges avait pour but déclaré d'encercler la "bassine" pour en "stopper" la construction, mais des affrontements ont rapidement éclaté sur le site, transformé en scène de guerre, les deux camps s'accusant d'avoir tiré les premières grenades lacrymogènes ou cocktails Molotov.

Le gouvernement a dénoncé "un déferlement de violence intolérable", les organisateurs "une opération de répression massive" et "une dérive violente de l'État". Une grande partie de la foule est restée pacifique.

Observateurs

Des observateurs de la Ligue des droits de l'Homme mettent en cause "un usage immodéré et indiscriminé de la force sur l'ensemble des personnes présentes, avec un objectif clair : empêcher l'accès à la bassine, quel qu'en soit le coût humain".

Selon eux, les cortèges ont été ciblés avant et après leur arrivée sur les lieux par des tirs de grenades lacrymogènes, assourdissantes et explosives "de type GM2L et GENL", ainsi que de LBD 40. "Des grenades ont été envoyées très loin et de manière indiscriminée" et les détonations "étaient régulièrement suivies de cris d'appel au secours".

La LDH pointe aussi des tirs en direction d'élus et des entraves à l'arrivée des secours, en particulier pour le manifestant entre la vie et la mort qui n'aurait pas été héliporté avant plus de trois heures, selon les organisateurs.

Les autorités imputent le délai d'intervention des secours à des violences renouvelées sur les gendarmes qui devaient sécuriser leur accès au site. Selon la préfète des Deux-Sèvres, "à aucun moment, les élus n'ont été identifiés dans cette zone".

"Face à des individus extrêmement violents", les gendarmes assurent avoir fait "un usage proportionné de la force, en utilisant massivement du gaz lacrymogène", ainsi que des grenades de désencerclement "pour préserver leur intégrité" et des tirs de LBD "dans les moments de grande tension".

Au total, 4 000 grenades ont été tirées par les forces de l'ordre, selon le ministre de l'Intérieur.

(Avec AFP)

VIDEO. Dimanche, au lendemain de la manifestation, les agriculteurs observaient les dégâts dans leurs champs. Des plants piétinés, par exemple. Parfois même, des conduites d'eau détruite, comme le raconte le reportage de notre équipe Alain Darrigrand et Cyril Paquier.

durée de la vidéo : 00h02mn02s
Dans le secteur de Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres où une méga-bassine est en construction, les agriculteurs constatent les dégâts après la manifestation de samedi. Reportage : Alain Darrigrand et Cyril Paquier. ©France télévisions