Trois nouveaux arbres remarquables dans les Deux-Sèvres

Trois nouveaux arbres des Deux-Sèvres  viennent d'être classés arbres remarquables. Il s'agit d'un cormier, à Azay-le-Brûlé et de deux chênes, l'un à Béceleuf et l'autre à Saint-Pardoux.

Le chêne du pigeonnier de Pouzay à Béceleuf
Le chêne du pigeonnier de Pouzay à Béceleuf © Dominique Laveau, France Télévisions

Le palmarès des arbres remarquables dans les Deux-Sèvres s'étoffe, avec l'arrivée de trois nouveaux arbres qui ont décroché ce titre. Il s'agit du cormier de Chamier, à Azay-le-Brûlé, du chêne du pigeonnier de Pouzay à Béceleuf et du chêne dit de "Robert le Chouan", à Saint-Pardoux.     

Le cormier de Chamier à Azay-le-Brûlé

Le premier, c'est le cormier (Sorbus domestica) de Chamier, à Azay-le-brûlé, Il a été classé pour son essence plutôt rare aujourd'hui. Autrefois il était cultivé pour la dureté de son bois. Mais ce cormier est aussi très âgé puisqu'il a au moins 400 ans et sa hauteur exceptionnelle de plus de 20 mètres lui donne un port majestueux

Le chêne du pigeonnier de Pouzay à Béceleuf

Le chêne du pigeonnier à Saint-Pardoux (79)
Le chêne du pigeonnier à Saint-Pardoux (79) © Dominique Laveau / France Télévisions

le Chêne (Quercus robur) du pigeonnier de Pouzay, à Béceleuf  a poussé, comme son nom l'indique au milieu d'un pigeonnier. Ce qui fait un ensemble remarquable et original. Le pigeonnier a été laissé à l'abandon et l'arbre y a poussé, discrètement d'abord, mais désormais son feuillage dépasse du pigeonnier et forme une espèce de chapeau végétal.

 

Le chêne de "Robert le Chouan" à Saint-Pardoux

le chêne de Robert le Chouan à Saint-Pardoux (79)
le chêne de Robert le Chouan à Saint-Pardoux (79) © Dominique Laveau / France Télévisions

Le chêne (Quercus robur), dit de « Robert le Chouan », au lieu-dit « la Cigogne », à Saint-Pardoux, un des plus vieux du département, il aurait entre 500 et 900 ans selon les estimations. Il possède une circonférence exceptionnelle de 8,60 mètres à 1,30 du sol. Et il mesure 25 mètres.

Son histoire est également intéressante. Son tronc creux aurait été utilisé comme refuge et comme cachette par François-Augustin Robert connu sous le nom de Robert le Chouan. C'était un légitimiste, donc favorable au rétablissement de la royauté, qui participa à l’insurrection royaliste dans l’ouest de la France en 1832.

L'arbre était déjà creux au début du XIXème siècle et donc suffisamment vaste pour abriter plusieurs personnes dans son tronc.

Pour obtenir le statut d'arbre remarquable, il faut remplir certains critères. Les arbres remarquables doivent être hors du commun par la taille, la forme, l'âge, l'esthétique, la rareté, ou par les légendes qui les entourent et les évènements historiques qui y sont attachés. Parfois, les arbres remplissent plusieurs de ces critères. 

Reportage de Dominique Laveau, Alain Darrigrand et Josiane Étienne

Pour en savoir plus sur les différents arbres remarquables des Deux-Sèvres, vous pouvez cliquer ici.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement nature