Affûteur - rémouleur, cet ancien métier remis au goût du jour trouve sa clientèle en Dordogne

On trouve une dizaine de professionnels spécialisé dans l'aiguisage des lames en Périgord. Alors que le métier avait quasiment disparu à la fin du 20e siècle, la chasse au gaspi et le goût retrouvé pour le travail de qualité le remet en selle. Olivier Lanvin s'est lancé depuis moins d'un an.
Olivier Lanvin a installé son atelier dans une camionnette autonome en énergie.
Olivier Lanvin a installé son atelier dans une camionnette autonome en énergie. © P.Tinon/F3Aquitaine
Il a baptisé sa camionnette "Le coin du rémouleur". A l'intérieur, toutes sortes de meules, d'outils, de machines nécessaires au nouveau métier qu'il s'est choisi.
L'aiguisage réclame patience, précision, connaissance des métaux et s'effectue à l'aide d'outils spécifiques
L'aiguisage réclame patience, précision, connaissance des métaux et s'effectue à l'aide d'outils spécifiques © P.Tinon/F3Aquitaine
Olivier Lanvin a passé 30 années de sa vie à travailler dans la logistique, industrielle d'abord puis au sein de la grande distribution. "J'avais le besoin de faire un métier plus dans le concret, proche des gens. J'ai vu un reportage sur l'affûtage, je me suis renseigné et je me suis dit qu'il y avait quelque chose à faire là-dedans".

Le quinquagénaire s'est inscrit à l'école nationale d'affûtage du Gers, l'une des rares en Europe à encore former au métier. Il y a appris à identifier les différents types de métaux et leur trempage, les spécificités des différentes meules, la technique, les outils etc...

Fort de son diplôme acquis en décembre 2019, il s'est lancé sur les routes du Périgord. 
 
La camionnette d'Olivier Lanvin, affûteur - rémouleur périgourdin itinérant. Elle lui permet de se rendre directement chez ses clients, professionnels ou particuliers et de proposer ses services sur les marchés du périgord
La camionnette d'Olivier Lanvin, affûteur - rémouleur périgourdin itinérant. Elle lui permet de se rendre directement chez ses clients, professionnels ou particuliers et de proposer ses services sur les marchés du périgord © P.Tinon/F3Aquitaine
Sa camionnette lui permet d'aller démarcher au plus près de la clientèle. "C'est du porte à porte ou du rendez-vous" explique t-il tout en entrant dans un salon de coiffure. "Bonjour, je viens proposer mes services pour l'affûtage de vos paires de ciseaux". La gérante travaille déjà avec un concurrent installé à une vingtaine de kilomètres. "Si vous vous êtes sur Périgueux, c'est plus pratique, vous me laissez votre carte". Elle en profite pour lui confier une paire de ciseaux abîmés. "Je retourne au camion et je vous fais ça". 

Un peu plus loin, il va livrer les couteaux que lui a un confié un restaurateur. 
Les lames d'un chef cuisinier, finement affûtées, prêtes à être livrées
Les lames d'un chef cuisinier, finement affûtées, prêtes à être livrées © P.Tinon/F3Aquitaine

"J'ai une côte de boeuf à découper pour midi, ce sera parfait !" Le Chef, Eric Flourez, assure qu'il y a deux fois moins d'accidents avec des lames bien aiguisées. "Ça change tout, il n'y a plus besoin de forcer" dit-il tout en tranchant un poulet avec une facilité déconcertante.
Le couteau, bien aiguisé, permet de trancher sans forcer, comme dans du beurre. "Il y a deux fois moins d'accidents avec un couteau qui coupe" affirme un cuisinier
Le couteau, bien aiguisé, permet de trancher sans forcer, comme dans du beurre. "Il y a deux fois moins d'accidents avec un couteau qui coupe" affirme un cuisinier © P.Tinon/F3Aquitaine

Le métier, bien utile et très répandu jusqu'au milieu du 20e siècle, avait bien failli disparaître. La montée en puissance de la production de masse dans les années 60 a fait chuter les prix. Il était alors devenu moins cher de racheter un couteau que de le faire affûter. Et puis l'arrivée de l'inox a rendu les lames beaucoup plus résistantes. 
Aujourd'hui, on évite de jeter, on réfléchi avant de racheter et on se tourne de plus en plus vers des objets durables. D'où ce regain d'intérêt pour le métier de rémouleur.
Le métier d'affûteur - rémouleur, très répandu au milieu du 20e siècle, s'est raréfié avec l'arrivée des lames en inox plus résistantes et de la chute des prix des couteaux avec l'industrialisation
Le métier d'affûteur - rémouleur, très répandu au milieu du 20e siècle, s'est raréfié avec l'arrivée des lames en inox plus résistantes et de la chute des prix des couteaux avec l'industrialisation © P.Tinon/F3Aquitaine
Les besoins ne sont pas seulement en cuisine et en coiffure. Les outils de jardinage, de bricolage et de couture nécessitent aussi des soins. 

"J'affûte sur une meule qui tourne très lentement, très douce, qui ne chauffe pas les métaux, selon un angle précis en fonction des lames et de leurs usages" explique t-il, "puis je le passe sur un feutre avec une pâte à polir".
 
Le néo périgourdin Olivier Lanvin s'est lancé dans le métier l'an dernier, après une reconversion professionnelle
Le néo périgourdin Olivier Lanvin s'est lancé dans le métier l'an dernier, après une reconversion professionnelle © P.Tinon/F3Aquitaine

Les outils conservent ainsi leur tranchant et peuvent durer des années. L'affûtage coûte entre 3 et 20 euros environ selon la pièce. 
► Nos reporters Emilie Bersars et Pascal Tinon ont suivi Olivier Lanvin dans une de ses tournées
 
Affûteur - rémouleur, cet ancien métier remis au goût du jour trouve sa clientèle en Dordogne
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
c'est mon métier ! économie emploi tradition culture