À Bergerac, une unité d'hébergement renforcée pour accueillir les patients atteints d'Alzheimer

Dans ce service, les patients sont particulièrement encadrés. / © France 3 Aquitaine
Dans ce service, les patients sont particulièrement encadrés. / © France 3 Aquitaine

C'est l"une des conséquences du Plan Alzheimer du président Chirac : la création d'unités d'hébergement renforcées dans chaque département. À Bergerac, en Dordogne, visite de ce service ouvert depuis un an. 

Par AR

Autour du patio, la vie des 14 résidents s'organise au sein de l'unité d'hébergement renforcée. Tous atteints d'un trouble sévère du comportement, leur accueil en Ehpad ou Centre Alzheimer est impossible.

Une architecture adaptée 

 
Ici, la structure est conçue pour les accueillir, c'est par exemple le cas du couloir large et circulaire du service.

"Dans un service classique, vous avez généralement un couloir est et un couloir ouest, des portes de chambres, et le résident qui déambule se retrouve mis en échec, au bout du couloir, par une porte d'escalier ou un ascenseur. Cela l'énerve considérablement. 48 heures après leur arrivée ici, les résidents les plus agités se sont calmés" raconte Louis Grand, médecin coordinateur.


À Bergerac, une unité d'encadrement renforcée pour accueillir les patients atteints d'Alzheimer
Intervenants : Louis Grand, Médecin coordinateur, Muriel Faucher , Cadre de Santé Equipe : BERSARS Emilie, TINON Pascal, GIRAUD Sophie - France 3 Aquitaine

Grâce à la présence permanente de cinq membres du personnel, les résidents sont accompagnés pour accomplir certains gestes du quotidien, comme mettre la table.

Ici, c'est possible de déjeuner la nuit 


Le maitre-mot, c'est de s'adapter au rythme de chacun. "Cela génère moins d'agressivité, moins d'angoisse. On ne contraint pas le résident à subir le rythme de la collectivité. [...] Il y a des résidents qui veulent déjeuner la nuit, et cela est possible. Toutes les nuits, il y a un agent qui est présent aussi " précise Muriel Faucher, cadre de santé.

Un temps d'accueil limité, qui permet aux résidents de retrouver un peu leurs marques, diminuer la prise de médicaments, et, parfois, puis repasser dans une structure plus classique. 

Pour l'instant, cette structure est unique en Dordogne. Une seconde pourrait voir le jour à Périgueux. 



A lire aussi

Sur le même sujet

Marée noire du Prestige : l'interview de l'avocat Renaud Lahitète

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne