Départementales en Dordogne : la majorité départementale en tête au 1er tour, mais...

La gauche reste en tête, la prime au sortant a joué et Beynac ne semble pas avoir nui à la majorité. Le président sortant PS et deux autres binômes de la majorité ont été élus au 1er tour. Mais l'abstention relativise le succés, l'opposition s'organise, et la lutte fratricide n'est pas finie.

Suivez toute l'actualité des élections départementales, le taux de participation, les résultats dans votre canton en Dordogne.
Suivez toute l'actualité des élections départementales, le taux de participation, les résultats dans votre canton en Dordogne. © Florian Sayous - France 3 Nouvelle-Aquitaine

Au premier tour de 2015, il y avait eu 39,96 % d'abstention. En 2021, l'abstention a atteint 59,15% des inscrits, un taux record pour la Dordogne, département au sens civique d'ordinaire assez marqué. Sur le terrain, il a des conséquences.
Dans trois cantons, bien qu'il ait reçu la majorité des votes, le binôme n'est pas élu dès le premier tour car il n'a pas atteint les 25% des inscrits.

C'est le cas du Haut-Périgord Noir où les candidats LR Dominique Bousquet et Francine Bourat avaient pourtant obtenu 51,85 % des suffrages, et à Isle-Loue-Auvézère où les PS Corinne Ducrocq et Bruno Lamonerie ont obtenu 56,19% des votes. Idem à Trélissac, malgré un confortable 54,90%, les PS Christelle Boucaud et Stéphane Dobbels doivent se représenter au second tour.

À noter qu'aucun canton de Dordogne ne permet de dégager une triangulaire pour le second tour.

La majorité sortante reprend 3 cantons dès le premier tour

Reste que la fameuse prime au sortant a joué. Six candidats de la majorité ont obtenu leur poste dès le premier tour, à commencer par le Président du Département. Joli score pour Germinal Peiro en tandem avec Patricia Lafon-Gauthier qui obtient 64,96% sur son canton Vallée Dordogne.
Il n'y a guère qu'à Lalinde que le plébiscite a été encore plus total, les PS Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou s'envolant à 77,41% devant l'unique liste (écologiste) qui leur était opposée. Une élection dès le premier tour aussi pour le duo PS Didier Bazinet et Catherine Bézac-Gonthier qui obtient 57,76% à Ribérac

Pas de sanction contournement de Beynac

L'enseignement de ce résultat, globalement favorable à la majorité PS sortante de Germinal Peiro, c'est qu'il n'y aura pas eu de vote-sanction massif des Dordognots sur le dossier de Beynac. Localement, la population s'est même mobilisée pour son président sortant porteur du projet.

Sur le canton Vallée Dordogne qui a élu le binôme Lafon-Gauthier / Peiro à près de 65% , le taux de participation est de 44,23%, le meilleur du département.
Reste à savoir si ce plébiscite local reflète l'esprit général. La réponse se trouvera sans doute dans l'étude des reports de voix au second tour. Quelle attitude adopteront les électeurs politiquement censés se rallier à la majorité départementale mais opposés au projet ? Le dilemme touchera notamment les écologistes.

Convictions et realpolitik

Dilemme également après les luttes fratricides d'hier et avant la réalité de demain. À Bergerac 1, il y avait une liste Gauche-PS, une autre Gauche-LFI, et une troisième PC-EELV.

Et dans 22 cantons sur 25, des alliances de tout genre entre PS, PC, LFI, Divers Gauche et EELV se sont affrontées avec des divergences de vue parfois radicales. Dimanche prochain, toutes les divergences se seront-elles effacées au profit d'un "vote utile" ?

La question s'est posée notamment sur le canton Isle Manoire où la guerre fratricide a opposé le duo PCF-EELV Jacques Auzou (vice-président sortant) / Marie Claude Varaillas (sénatrice) à Emilie Labrot et Jérémy Pierre Nadal (Gauche PS). 43,08% des voix pour la première liste, 30,88 pour la deuxième. Les listes RN à 16,55 % et  du Centre à moins de 10% auraient eu du mal à trancher le débat. Le PC départemental ayant donné les consignes de ralliement à la meilleure liste de gauche, on imagine mal le PS local agir différement. D'autant moins que Germinal Peiro, Président sortant légitimé par une large réelection sur son canton, a réaffirmé dès dimanche soir que la tradition en Dordogne restait le ralliement de la liste la moins bien placée au profit de la mieux placée..

Une unité de la gauche retrouvée dans tous les cantons, sauf dans la Vallée de l’Homme où le binôme de l’Union de la gauche (communistes / LFI / Générations ) Jean-Paul Dubos / Moya Lemoine (24, 04 %,)  refuse le désistement au profit des candidats de la majorité départementale PS pourtant mieux placés Florence Gauthier et Christian Teillac ( 42, 75 %). 

durée de la vidéo: 00 min 23
Germinal Peiro appelle au désistement en faveur des listes de gauche les mieux placées

Pas de vague bleu marine

Autre enseignement conforme aux résultats hexagonaux, la discrétion des résultats du RN en capacité de participer au second tour en Dordogne que dans le seul canton de Saint-Astier.

Présent dans 15 cantons (et étrangement absent dans les trois cantons de Périgueux et Sarlat), le Rassemblement National oscille entre les 13 et  les 20%. Il ne les dépasse que dans 3 d'entre eux, le Pays de la Force où Flavien Morin et Laurence Raynal obtiennent 22,28% des voix et Pays de Montaigne et Gurson où Annick Groborz et Claude Puyo obtiennent 21,84%.

À Saint Astier, le duo RN de Pascale Léger et Serge Muller obtiennent 23,80% et sont en position de se maintenir au second tour face à la liste Gauche-PS de Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux (37,80% ). Il y a certes l'inconnue des reports de voix de la liste Renouveau Dordogne - centre (21,34% des votes), mais la présence d'une liste PC qui a obtenu 17,06%  relativise les chances du RN de créer la surprise sur ce canton.

Ailleurs, le RN est le plus souvent en position (forte) d'arbitre. Faute d'obtenir un élu, ses électeurs peuvent faire basculer les résultats, comme à Coulounieix-Chamiers (voir ci-dessous).

LREM marche mal en Dordogne

Décidément, le parti présidentiel a du mal à s'implanter dans le département, où il n'avait d'ailleurs investi que deux binômes. À Périgueux-2 la liste LREM de Christine Anceau et Philippe Chassaing n'obtient que 16,42% des voix, loin derrière la liste UDI-LR de Samuel Duvl et Natacha Mayaud et celle Gauche-PS de Paul Maso et Mireille Volpato, toutes deux proches des 30 %. Deux autres listes PC-LFI et PRG réunissant 24%.

À Bergerac 1, la liste LREM du candidat Adib Benfeddoul allié à Muriel Gervaux-Boissière paie peut-être les bisbilles de campagne, elle n'obtient que 12,19% des voix, très loin derrière la liste de droite Josie Bayle et Christophe Rousseau qui bénéficie de 41.33 % des votes.

Renouveau Dordogne-Centre, outsider qualifié dans 7 cantons, le RN en arbitre potentiel

Présentée comme la fédération des forces d'opposition droite ou divers de sensibilité droite, centre ou gauche progressiste et une alternative à la majorité départementale en place, Renouveau Dordogne-Centre avait présenté dix binômes. Une alliance qui comptait peser en laissant la porte ouverte aux alliances et revitaliser une opposition peu présente face à la majorité de gauche.

Pari réussi dans 7 cantons où le parti s'est qualifié pour le second tour. À Coulounieix-Chamiers Thierry Cipierre et Marie Laure Faure (Renouveau Dordogne - centre) obtiennent 35,90% des voix. Leurs opposants du second tour qualifiés avec près de 25% des voix ne semblent pouvoir compter que sur les presque 20% du PC. Le RN (près de 20% lui aussi) pourrait, s'il le veut, jouer les arbitres et faire basculer le canton dans l'opposition.

Dans le canton du Pays de Montaigne et Gurson, belle performance aussi de Christel Defoulny et Eric Frétillère avec 39,03% des votes devant l'alliance Gauche-PS de Serge Fourcaud et Célia Landreau (23,32%). Et à nouveau le RN en position de force avec un score de 21,84%.

À Montpon-Ménestérol, le duo Franck Salat / Nathalie Dollé pourrait là aussi fédérer avec 29,35% au premier tour opposé aux 42,16 % de la liste Gauche-PS de Rozenn Rouiller et Jean-Michel Sautreau. Le RN (15,64 %) et une liste DVD à 4,72%.

À Brantôme la liste Renouveau Dordogne-Centre de Josiane Boyer et Pascal Mazouaud est elle aussi retenue pour le second tour avec 29,48% des voix. Dans ce canton, rien n'est joué puisque les 4 listes dépassent les 18%. Si sur le papier les voix de la liste de gauche de Marie-Pascale Robert-Rolin et Yves Mahaud (24,46%) pourrait se reporter sur celle de Mélanie Célérier et Olivier Chabreyrou (Gauche- PS) qualifiés pour le second tour 27,58%, le RN (18,48 %) peut là aussi proposer l'alliance.

Même situation dans le canton Sud-Bergeracois où la liste Gauche-PS de Jérôme Bétaille et Sylvie Chevallier part au second tour avec près de 40% des votes face aux près de 30 % d'Annie Aublanc et Hervé Delage. Là encore le RN a obtenu près de 20% et la liste Gauche-PC près de 12... 

Dans le canton Périgord Central, Claudine Faure et Alain Ollivier partent certes avec 38,92% des voix au premier tour, mais talonnés par Bénédicte Boisvert-Fournaud et Thierry Nardou (Gauche-PS) 35,74% et en présence d'une liste Gauche-PC qui a obtenu 25,34%, les chances restent maigres.

Chances très maigres également à Trélissac, où le binôme Gauche-PS Christelle Boucaud / Stéphane Dobbels avoisine les 55% au premier tour, et n'est resté en ballotage qu'à cause de la faible participation. Face à eux Marie-Hélène Belombo et Hussein Khairallah n'ont obtenu que 24,20% et ont peu de chance de rallier les 20,91% de vote de la liste EELV-PC de Fabrice Fauvet et Laurence Meynard

Enfin, à Saint-Astier, seul accès au second tour pour le RN (voir ci-dessus), les rôles sont inversés puisque Renouveau-Dordogne Centre atteint 21,34%. Sur le papier, les deux listes pourraient inquiéter la liste Gauche-PS de Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux. Dans pratiquement tous ces cantons, il sera intéressant d'observer si Renouveau Dordogne-Centre est compatible avec le RN.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections