• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Du sang et une tête de cochon déposés sur le chantier de la mosquée de Bergerac en Dordogne

Du sang projeté sur la façade du chantier de la mosquée de Bergerac / © France 3 Périgords - Pascal Tinon
Du sang projeté sur la façade du chantier de la mosquée de Bergerac / © France 3 Périgords - Pascal Tinon

Les faits ont été commis dans la nuit de dimanche à lundi. Une tête de cochon et du sang ont été lancés sur le chantier de la mosquée de Bergerac. Une enquête a été ouverte et pilotée par le commissariat de la ville.

Par Pascal Faiseaux

Le maire de Bergerac Daniel Garrigue et la préfecture de Dordogne se sont émus des faits. Dans un communiqué, le Préfet de Dordogne Frédéric Périssat "dénonce et condamne fermement ces actes qui portent atteinte à la liberté de conscience et d'expression des cultes et sont contraires aux principes de laïcité". Après s'être rendu sur place, le sous-préfet a déposé plainte.
 
"Profanation" du chantier de la mosquée de Bergerac / © France 3 Périgords - Pascal Tinon
"Profanation" du chantier de la mosquée de Bergerac / © France 3 Périgords - Pascal Tinon

Ces dégradations ont été perpétrées très rapidement dans la nuit de dimanche à lundi sur une des façades extérieure du chantier. Ce sont les ouvriers venus travailler qui les ont découvertes lundi matin vers 7 h 30. Des faits constatés peu après par une patrouille de police. Du sang (probablement de cochon) avait été projeté sur les briques de l'édifice en construction et une tête de cochon accrochée à la porte.
 
Les faits ont été commis dans la nuit de dimanche à lundi / © France 3 Périgords - Pascal Tinon
Les faits ont été commis dans la nuit de dimanche à lundi / © France 3 Périgords - Pascal Tinon
Une enquête été ouverte par le commissariat de Bergerac pour dégradation d’un édifice affecté au culte.

Ce chantier a été initié par l'Association culturelle des Marocains de la Dordogne (ACMD) porteuse du projet. Ce projet contesté a fait l'objet de plusieurs recours administratifs et juridiques. Toutefois le permis de construire avait été obtenu le 8 octobre 2018.
Le chantier de la mosquée de Bergerac a obtenu son permis de construire en octobre 2018 / © France 3 Périgords - Pascal Tinon
Le chantier de la mosquée de Bergerac a obtenu son permis de construire en octobre 2018 / © France 3 Périgords - Pascal Tinon

L’ACMD a déposé une plainte ainsi que la mairie qui s'est portée partie civile. Le parquet de Bergerac a rappelé que des dégradations sur un édifice affecté au culte constituent une « dégradation aggravée », passible de sept ans de prison.
La mosquée en construction à Bergerac souillée
Le projet fait polémique à Bergerac, et la nuit dernière le chantier a fait l'objet de dégradations : du sang et une tête de cochon ont été déposés sur les murs du bâtiment. La mairie a porté plainte et s'est portée partie civile  - France 3 Périgords - Emilie Bersars & Pascal Tinon

 

Sur le même sujet

Réaction de Renaud Lavillenie

Les + Lus